1. Oubliez le bureau « traditionnel »

Les avocats solos ont tendance à louer des espaces plus grands que leur imposent leurs véritables besoins. Pourtant, le loyer est l’une de leurs plus grandes dépenses mensuelles fixes, indique l’Association du Barreau Américain.

POur réduire les coûts, il faut oublier le bureau traditionnel
POur réduire les coûts, il faut oublier le bureau traditionnel
Avez-vous véritablement besoin de payer pour les services de réception ? Le téléphone ? L’accueil ? L’accès internet ? Le café ?

Optez pour un lieu où vous payez selon vos besoins, que ce soit un bureau loué à temps plein, à temps partiel, ou une simple salle de conférence où vous pourrez rencontrer les clients.

À temps plein, l’avantage est que vous pourrez afficher un peu partout les photos de vos épouses et gamins. À temps partiel, le désavantage est l’obligation de vider les locaux une fois le travail terminé.

Sauf qu’à la fin du mois, la facture n’est pas la même. Et qu’il n’y a rien de si pénible à travailler de temps en temps de chez soi, ou d’un café.

2. Éliminez les employés à temps plein

Payer un employé à temps plein signifie non seulement que vous paierez cette personne tous les mois- un salaire pour répondre au téléphone, préparer les documents, accueillir le client- mais aussi que vous paierez… ses charges sociales, telles l’assurance santé ou accident.

Pensez aussi aux coûts éventuels, en cas de maladie. Et de congés payés.

Le mieux est donc de privilégier les temps partiels, et les employés que vous paierez à l’heure. Vous n’aurez à les payer que pour le temps passé derrière le bureau.

Un temps partiel permet également plus de flexibilité. Vous avez besoin qu’il reste deux ou trois de plus ? C’est possible. Et l’employé ne sera pas au bout du rouleau chaque vendredi soir.

3. Optez pour le tout virtuel (ou presque)

Une pratique virtuelle est une pratique qui existe en ligne, sert les clients via un portail sécurisé, et où l’avocat et le client peuvent communiquer, partager documents et informations, planifier leurs rencontres.

Le virtuel est une bonne idée pour tous ceux qui ont besoin de gagner du temps.

Par exemple, pour les solos en transactionnel, cela leur évitera pas mal d’échanges de paperasse avec les clients.

4. Créez un portail pour le client

Mettre en place un bureau virtuel implique d’investir dans un portail client. Cela va vous permettre d’embaucher un certain nombre d’employés « virtuels » qui pourront travailler de chez eux.

Pour réduire les coûts, penser à une plateforme téléphonique
Pour réduire les coûts, penser à une plateforme téléphonique
Imaginez l’économie conséquente que vous allez effectuer.

La plupart des portails fonctionnent comme des services web de base : les frais sont mensualisés, ou annualisés.

Les clients, eux, peuvent se connecter à leur convenance, suivre l’avancement de votre travail, s’informer des évènements à venir.

5. Essayez d’externaliser certaines tâches

Comment pouvez-vous vous en sortir si vous ne disposez pas d’assez de personnel ? Une autre façon de réduire vos coûts est d’externaliser certaines tâches.

Votre assistant juridique a mieux à faire que de répondre au téléphone ? Alors trouvez quelqu’un d’autre qui le fasse.

Les plateformes d’accueil téléphonique se multiplient en ce moment. Renseignez-vous.

Autre suggestion : le répondeur virtuel.

D’ailleurs, l’accueil téléphonique n’est pas la seule tâche que vous pouvez confier à ce type de sociétés de service.

Parmi les tâches que vous pouvez externaliser : la recherche web ou l’optimisation du moteur de recherche. Et cela vous coûte bien moins cher que le salaire de votre personnel.

Pour conclure, rappelez-vous : pas besoin d’un trop grand bureau et/ou d’une trop grande équipe pour réussir en solo...