Selon le quotidien de la rue St-Jacques, Me Lussier a représenté comme avocat les intérêts d'un géant de l'asphalte qui est cité dans les documents déposés par Jacques Duchesneau à cette même commission.

Asphalte Desjardins et l'une de ses sociétés soeurs, Campeau, sont parmi les 25 firmes de construction ayant réclamé au gouvernement les plus importantes sommes supplémentaires par rapport aux contrats initiaux, entre 2005 et 2011.

Me Lussier, associé chez Osler, a représenté l'entreprise en 2008 lors d'un litige en Cour supérieure opposant quelques-uns de ses administrateurs à la suite d'une cession de parts à Tony Accurso.

D'autres défis se posent aussi pour Me Lussier, qui pourrait potentiellement se retrouver en conflit d'intérêts.

Jusqu'à mercredi soir, continue La Presse, son nom figurait toujours comme membre de «l'équipe Plan Nord» sur le site d'Osler. Il a été retiré à la suite de la controverse avec Jacques Duchesneau.

L'équipe propose à ses clients de «rester à l'avant-plan du développement du Plan Nord» en mettant notamment la main sur «les contrats d'ingénierie, d'approvisionnement et de construction».

Or, dans une entrevue récente au Devoir, Jacques Duchesneau a affirmé que la commission Charbonneau a «tout en main» au sujet d'un «réseau libéral» du «Québec inc.» qui se bousculerait aux portes du Plan Nord. Il estime à environ 8 milliards de dollars les sommes qui pourraient être consacrées en services professionnels.

Pour lire l'article au complet de La Presse, cliquez ici.

Plus tôt cette semaine, l'ex-ministre de la Justice Marc Bellemare s'en est aussi pris à Me Lussier, à qui il a reproché son manque de jugement pour avoir attaqué la crédibilité de Jacques Duchesneau. Dans une entrevue à la radio, il a déclaré que Me Lussier «appartient à la filière libérale», tout comme sa collègue chez Osler, Me Suzanne Côté. La super plaideuse, rappelons-le, était l'avocate du gouvernement lors de la commission Bastarache. L'ancienne dame de fer du gouvernement Charest, Monique Jérôme-Forget, est aussi chez Osler depuis sa retraite politique.