Le directeur du cabinet Husch Blackwell, Jack Enea, et le designer Ken Harry. Photos : Site Web de Husch Blackwell et d’Abel Design Group et Shutterstock
Le directeur du cabinet Husch Blackwell, Jack Enea, et le designer Ken Harry. Photos : Site Web de Husch Blackwell et d’Abel Design Group et Shutterstock
Les cabinets qui étaient déjà au point de redessiner l'intérieur de leurs bureaux ont la chance de pouvoir changer leurs plans de façon à respecter les règles de distanciation.

Certains même profitent de ce que leur personnel soit en télétravail pour devancer de quelques années un projet de réaménagement en gardant en tête la COVID-19.

C’est le cas du cabinet texan Vinson & Elkins, qui a plus de 200 000 pieds carrés à meubler dans une nouvelle tour à bureaux de Houston, au Texas, indique Law.com.

« La clé, c’est la flexibilité », souligne le designer Ken Harry de Abel Design Group à Houston.

On laisse de côté les larges open spaces, et les salles de lunch style café avec barista, qui étaient tant à la mode depuis quelques années mais qui ne sont plus idéaux avec la pandémie… bien que les bureaux d’avocats eux-mêmes offrent toujours une intimité qui va de pair avec la distanciation sociale.

En fait, c’est là la priorité des avocats sondés par Vinson & Elkins à leur succursale de New York : ils veulent des bureaux fermés, peu importe leur grosseur.

D’où l’importance de la flexibilité, ce que le cabinet Husch Blackwell à Milwaukee a bien compris dans le design de ses nouveaux bureaux.

L’espace du cabinet en général a été dessiné pour être flexible, en incluant un espace collaboratif, un café, de la place pour recevoir agréablement les clients, mais aussi (et surtout) des aires ouvertes qui peuvent se scinder, se fermer, et se rouvrir.

Les avocats et parajuristes profitent de bureaux fermés, et le personnel administratif de stations de travail.

Le directeur du cabinet Jack Enea dit avoir gardé en tête que certains emplacements de travail devraient être libres et qu’une rotation devrait s’installer pour éviter la contagion.

Des idées à appliquer au Québec?