Raynald Desjardins escorté par les policiers après son arrestation (2011). Photo : Radio-Canada
Raynald Desjardins escorté par les policiers après son arrestation (2011). Photo : Radio-Canada
L’avocat Me Maximilien Briand réclame des honoraires impayés à des entreprises liées à Raynald Desjardins, un caïd emprisonné depuis plusieurs années.

Raynald Desjardins a été arrêté pour son rôle dans l’assassinat du chef par intérim de la famille Bonanno de New York, Salvatore Montagna, en 2011.

Me Briand affirme que les entreprises concernées lui doivent 107 000 $, rapporte La Presse.

« Vicky Roy et M. Desjardins ont formulé des plaintes au barreau contre moi, ce qui m’empêche de les poursuivre au sujet des honoraires », explique-t-il au téléphone.

« On connaît tous le principe de la compensation (...) J'essaie de trouver un moyen de régler tout cela avec eux… En échange, je reçois une poursuite et je subis des attentats criminels ».

De la saisie de sa propriété…

La conjointe de M. Desjardins, Vicky Roy a signalé, dans une poursuite déposée à la Cour du Québec, que l’avocat avait cessé de rembourser un prêt de 70 000 $.

Ce prêt lui a été octroyé par l’une de ses entreprises. Me Briand a acquis, avec cette somme, l’ancienne propriété de Raynald Desjardins, à Laval. Mme Roy a obtenu la saisie de la propriété en attendant la décision d’un juge.

S’il reconnaît l’existence de ce prêt, le Barreau 2012 affirme qu’il n’a aucun remboursement à effectuer dans la mesure où il est lui-même impayé.

… à des péripéties

Dans sa poursuite, Mme Roy mentionne des incidents survenus au domicile de l’avocat. Après l’incendie de son véhicule, dans la nuit du 5 mai 2020, des coups de feu ont été tirés vers son domicile.

« Je trouve juste qu’il s’agit d’une drôle de coïncidence. Mon véhicule a été incendié avec un cocktail Molotov, des coups de feu, une semaine plus tard, ont été tirés sur ma maison… et, une semaine après, une saisie avant jugement a été portée à la Cour », illustre-t-il.

Ces incidents ont été évoqués pour justifier l’urgence de saisir la propriété de Me Briand. Vicky Roy y explique avoir opté pour une demande de saisie par crainte que Me Briand quitte le pays sans la rembourser, toujours selon La Presse.

« Je trouve juste que ces événements sont très rapprochés, et qu’ils coïncident bizarrement. Je n’accuse personne, je n’ai aucune preuve de rien. Je trouve seulement cela étrange », questionne de son côté l’avocat.