Le rapport juricomptable -commandé par le gouvernement en lien avec les dépenses injustifiées de la dame de 75 ans et qui a été confectionné dans le cadre de la poursuite civile- avait toujours été refusé à Me Marc Labelle, l’avocat de Lise Thibault.

Hors, ce dernier, lors de sa requête, avait fait valoir qu’il désirait avoir en main le document pour «mieux préparer ses contre-interrogatoires» mais aussi parce qu’il croyait le document «favorable» à sa cliente.

Différence de 150 000 $

Après quelques semaines de réflexion, le juge Carol Saint-Cyr a accepté, mardi, que soit divulgué le rapport Navigant aux procureurs qui croisent le fer au procès de Lise Thibault.
Après quelques semaines de réflexion, le juge Carol Saint-Cyr a accepté, mardi, que soit divulgué le rapport Navigant aux procureurs qui croisent le fer au procès de Lise Thibault.
Rappelons qu’entre la poursuite criminelle intentée contre Lise Thibault et celle déposée devant l’instance civile, il y a une différence de quelque 150 000 $.

À la suite de l’enquête menée par la Sûreté du Québec pour vérifier les allégations de fraude, d’abus de confiance et de fabrication et usage de faux document, la comptable Jacinthe Senneville avait accumulé pour 243 000 $ de dépenses injustifiées.

En juin 2010, le rapport Navigant, commandé par le gouvernement du Québec pour la somme de 85 000 $, révélait pour sa part des dépenses injustifiées de l’ordre de 93 000 $.

Lors de ses représentations pour pouvoir obtenir le rapport, Me Labelle avait même fait un peu de sarcasme en demandant «si les comptables avaient eu les mêmes documents».

Moins de trente minutes après que la requête ait été accordée, l’avocat du gouvernement, Me Pascal Painchaud, est venu remettre aux avocats de la Couronne et de la défense le rapport qui a été frappé d’une ordonnance de non-publication.