Tim Hortons et Burger King ont confirmé mardi leur regroupement
Tim Hortons et Burger King ont confirmé mardi leur regroupement
Les deux compagnies continueront à fonctionner en tant que bannières indépendantes mais formeront ensemble la troisième chaîne de restauration rapide en importance de la planète.

«En tant que marque indépendante à l'intérieur de la nouvelle entreprise, cette transaction nous permettra de présenter plus rapidement, et de manière plus efficace, la célèbre marque canadienne Tim Hortons à de nouveaux consommateurs dans le monde», a expliqué par communiqué le président-directeur général de Tim Hortons, Marc Caira.

«Du coup, nos clients, employés, franchisés et concitoyens canadiens peuvent être assurés que Tim Hortons demeurera Tim Hortons après la transaction, et que nos valeurs de base, les relations entre les employés et les franchisés, le soutien à la communauté et le café frais seront conservés.»

Mes Michelle Lally, Clay Horner et Doug Bryce du cabinet Osler représentaient Tim Hortons
Mes Michelle Lally, Clay Horner et Doug Bryce du cabinet Osler représentaient Tim Hortons
La nouvelle entreprise aura des ventes mondiales d'environ 23 milliards $ US et comptera plus de 18 000 restaurants dans une centaine de pays. Elle sera basée au Canada, ce qui pourrait permettre à Burger King d'alléger son fardeau fiscal.

Cet avantage fiscal était l'une des principales raisons citées par les analystes pour expliquer l'entente, en plus du fait que la fusion offrira à Tim Hortons une meilleure plateforme pour percer le marché américain et mondial, ce que l'entreprise canadienne a eu de la difficulté à faire d'elle-même.

Beaucoup d’avocats, dont plusieurs fiscalistes, ont planché sur cette transaction.

Tim Horton était représentée par Osler, avec une équipe composée de Clay Horner, Doug Bryce – droit des affaires, Michelle Lally – droit de la concurrence, Patrick Marley – fiscalité, Laurie Barrett – services financiers, Donald Gilchrist - droit des affaires, Dov Begun – fiscalité, et Doug Rienzo – régimes de retraite. Tim Horton était aussi conseillé aux États-Unis par le cabinet Wachtell, Lipton, Rosen & Katz.

Mes Steve Harris, Raj Juneja et Patricia Olasker du cabinet Davies Ward Phillips & Vineberg représentaient Burger King
Mes Steve Harris, Raj Juneja et Patricia Olasker du cabinet Davies Ward Phillips & Vineberg représentaient Burger King
Burger King était par ailleurs représentée au Canada par Davies Ward Phillips & Vineberg, avec une équipe composée de Patricia Olasker, Raj Juneja, Steve Harris, Jay Galbraith, George Addy et Charles Tingley.

Aux États-Unis, Burger King était conseillée par deux cabinets, Kirkland & Ellis, de même que par Paul, Weiss, Rifkind, Wharton & Garrison.

L’équipe de Kirkland était composée de Stephen Fraidin, William Sorabella, David Feirstein, Dean Shulman, Jay Ptashek, Joshua Korff et Michael Kim. Ont également conseillé Mike Carew, Laura Sullivan, Andrew Glickman, Dylan Hanson, Elizabeth Freechack et Jessica Subler.
L’équipe de Paul Weiss comprenait l’associé-fiscaliste Jeffrey Samuels, le conseil Alyssa Wolpin et le sociétaire Robert Killip.

Pas de changement

Les deux marques ne devraient cependant subir aucun changement. La ville d'Oakville, en Ontario, demeurera le siège mondial de Tim Hortons, tandis qu'il en ira de même pour Miami et Burger King.

Les actionnaires de Tim Hortons recevront 65,50 $ en liquide et 0,8025 action de la nouvelle compagnie pour chaque action qu'ils détiennent.

Chaque action de Tim Hortons vaudrait donc 89,32 $ en fonction du cours à la clôture du titre de Burger King le 22 août, ou 94,05 $ en fonction du cours à la clôture du 25 août.

La firme 3G Capital détiendra environ 51% de la nouvelle entreprise, qui sera dirigée par le président du conseil d'administration exécutif de Burger King et associé directeur chez 3G, Alex Behring.

Marc Caira sera nommé vice-président du conseil et directeur et continuera d'occuper les fonctions de président-directeur général de Tim Hortons pendant la transition.
Le directeur général de Burger King, Daniel Schwartz, conservera son poste dans la nouvelle entité.

L'actionnaire majoritaire à 70% de Burger King, le fonds brésilien 3G Capital Management, détiendra in fine 51% du nouvel ensemble, et le reste des actions sera coté à New York et à Toronto.

Berkshire Hathaway, la holding du milliardaire Warren Buffet qui avait racheté l'an dernier les ketchups Heinz avec 3G Capital, va aider à financer l'opération à hauteur de 3 milliards de dollars, mais n'aura pas d'influence sur la gestion de l'entreprise.

- Avec PC