Absolution conditionnelle pour Bernard «Rambo» Gauthier
Absolution conditionnelle pour Bernard «Rambo» Gauthier
Le juge du palais de justice Sept-Îles s’est rangé du côté de la poursuite, car la défense réclamait une absolution inconditionnelle. Il a affirmé que comme représentant syndical, Bernard Gauthier devait donner l'exemple et modérer ses états d'âme.

Bernard Gauthier devra respecter certaines conditions comme de ne pas entrer en contact avec la victime, Frédéric Boucher, pour un an et de verser 500 dollars à un organisme caritatif de son choix.

Le représentant syndical de la FTQ-Construction sur la Côte-Nord avait été reconnu coupable en décembre dernier d'intimidation contre l'entrepreneur Frédéric Boucher à Sept-Îles. Les événements s'étaient produits lors de la grève dans la construction en 2013. La décision du juge a déjà été portée en appel.

Bernard « Rambo » Gauthier pourrait écoper d'une peine de six mois de prison ainsi que d'une amende.

Des pages Facebook ont été créées en appui à M. Gauthier, dont un groupe contenant plus de 3000 membres.

M. Gauthier a aussi fait circuler une pétition. Il a récolté plus de 4000 noms, des gens qui réclament au juge de lui donner l'absolution inconditionnelle, sans quoi il ne pourra plus agir à titre de représentant syndical.

Bernard «Rambo» Gauthier n’en est pas à ses premiers démêlés avec la justice.
Bernard Gauthier, de la FTQ-Construction, et son ex-directeur général Richard Goyette ont déjà été condamnés à verser 300 000 dollars pour diffamation en mai dernier. En 2010, à la suite du décès d'un travailleur sur un chantier de la Côte-Nord, Bernard Gauthier avait traité l'ingénieur Jean-Yves Lepage d'« assassin ». Richard Goyette avait laissé entendre qu'il était un « gestionnaire incompétent et imprudent ».

Bernard Gauthier a aussi été visé par une ordonnance de la Cour lui interdisant d'importuner un travailleur de la CSN-Construction. Il devait garder la paix et ne pas entrer en contact avec Harold Richard, ce travailleur de la CSN-Construction qui avait porté plainte contre lui pour intimidation lors de la grève de la construction au printemps 2013.