Me Sullivan a récemment rejoint l'équipe de défense de Harvey Weinstein.
Me Sullivan a récemment rejoint l'équipe de défense de Harvey Weinstein.
Les étudiants en droit de Harvard sont en colère.

Le New York Times révèle en effet que des graffitis sont apparus sur les murs de l'université. La cible : l'avocat Ronald S. Sullivan Jr., directeur de la clinique de droit pénal de Harvard et premier Afro-Américain à avoir été nommé doyen de faculté.

Me Sullivan a surtout fait parler de lui récemment pour avoir rejoint l'équipe de défense de Harvey Weinstein.

Cette décision a déclenché des protestations et un débat intense sur le campus de l'Ivy League, où un petit groupe d'étudiants a demandé sa démission en tant que doyen de Winthrop House, l'un des pensionnats pour étudiants de premier cycle.

Réagissant lundi à la polémique, Ronald S. Sullivan Jr. a déclaré lundi qu'il n'avait pas prévu le niveau de réaction négative qu'il a reçu. L'avocat a rappelé qu'il a, à maintes reprises, représenté des clients très en vue voire controversés, mais aussi des étudiantes victimes d'agression sexuelle.

270 signatures

« Les avocats ne sont pas un prolongement de leurs clients, a-t-il commenté. Les avocats travaillent dans le domaine du droit, pas dans celui de l'idéologie. Quand je suis avocat et que je représente un client, même publiquement vilipendé, ça ne veut pas dire que je soutiens ce qu'il a pu faire. »

Mais certains étudiants ne sont pas d'accord avec ces arguments. Des dizaines de manifestants, certains avec du ruban adhésif sur la bouche, ont protesté le mois dernier devant le bâtiment administratif de l'université.

Environ 270 personnes ont signé une pétition en ligne lui demandant de démissionner de son poste de doyen de la faculté.

L'université prendra « les mesures appropriées »

« Voulez-vous vraiment accepter un jour votre diplôme de quelqu'un qui, pour quelque raison que ce soit, professionnelle ou personnelle, croit qu'il est correct de défendre une figure aussi importante au centre du mouvement #MeToo ? », écrit un des signataires.

Le professeur a toutefois reçu le soutien du doyen du Harvard College, Rakesh Khurana. Dans une déclaration du 20 février, ce dernier a souligné que le droit à une défense vigoureuse est une pierre angulaire du système judiciaire.

Mais il a aussi annoncé annoncé que l'université procédera à un « examen du climat » de la façon dont les étudiants de Winthrop House perçoivent la représentation de M. Sullivan de M. Weinstein et « prendra les mesures appropriées », selon The Harvard Crimson.