Winona Lefebvre-Castillo détient une vraie mentalité de sportive.
Winona Lefebvre-Castillo détient une vraie mentalité de sportive.
Elle vient tout juste de décrocher son baccalauréat. Pourtant, le parcours universitaire de Winona Lefebvre-Castillo n'a pas été un long fleuve tranquille.

La jeune femme a dû faire face au défi de conjuguer ses études à l'athlétisme, qu'elle pratique intensivement depuis ses 13 ans.

« Les professeurs de droit m'ont souvent dit que le sport allait être un atout dans mes études, je n'aurais jamais cru que l'inverse pouvait se produire », confiait-elle récemment dans un post sur Facebook.

À l'issue du Cégep, Winona Lefebvre-Castillo se lance dans un cursus en sciences humaines au collège Laflèche, à Trois-Rivières, qui propose un programme de sport étude. « Mon coach m'a appelée pour me parler d'une bourse à l'Université de Sherbrooke », nous a-t-elle raconté.

En 2013, elle débute un baccalauréat multidisciplinaire en psychologie dans cette université. « Je me cherchais un peu, je n'étais pas accomplie. J'ai fait des tests d'orientation, et tous me donnaient le droit ».

Le droit, un challenge

Il est vrai que la discipline sied plutôt bien à cette athlète. « Le droit, c'est un challenge, quelque chose qu'il faut apprivoiser, c'est toujours changeant », explique-t-elle.

Elle se réoriente alors vers un bac en droit mais la réussite ne coule pas de source.

« Sans rien cacher je dois avouer que la logique du droit était difficile pour moi au tout début », a-t-elle écrit sur Facebook. D'autant que Winona Lefebvre-Castillo doit concilier ses études avec ses douze heures d'entraînement hebdomadaires et les compétitions de fin de semaine.

Winona Lefebvre-Castillo vient tout juste de décrocher son baccalauréat.
Winona Lefebvre-Castillo vient tout juste de décrocher son baccalauréat.
« Au début, c'était compliqué, je me demandais si c'était à cause de l'athlétisme. Parfois, je renonçais à un entraînement car j'avais un examen », confie-t-elle.

Elle essaie d'appliquer religieusement les méthodes des autres. « Je me suis rendue compte que les gens mettaient beaucoup plus de temps que moi, je me suis donc mise à travailler plus. Suite à quoi j'ai commencé à vouloir faire comme les autres ; tout lire, tout écrire tout relire de la façon qui semblait être la recette parfaite pour réussir ».

Une remise en question

Mais les résultats ne sont pas là et elle en vient à se demander si c'est dans un amphithéâtre de droit qu'est sa place.

La jeune femme se livre alors à une totale remise en question. « J'ai choisi de complètement changer ma manière de voir les choses, à tester des nouvelles choses, à me tester moi-même et à apprendre à gérer mieux mon temps pour travailler de la manière qui serait la plus facile et efficace ».

Elle lit moins, préférant se concentrer sur les points les plus importants. Elle change aussi sa discipline de vie, mange mieux, dort plus, elle s'écoute.

« Suite à ces changements, aussi bête que ça puisse paraître, j'ai obtenu les résultats que je recherchais, j'ai vu mes premiers A s'afficher à mon bulletin et j'ai développé une facilité impressionnante et une passion pour le droit ».

Selon elle, c'est là qu'est le secret de la réussite. « Je pense que si une personne apprend à connaître ses besoins, elle peut tout faire », explique-t-elle.

Ne pas se laisser influencer

Le sport et ses valeurs, un atout dans son parcours universitaire.
Le sport et ses valeurs, un atout dans son parcours universitaire.
« Il y en a qui ont de meilleures notes, qui vont aux 5 à 8, à la bibliothèque, et les autres les suivent. Mais il ne faut pas suivre les plans des autres, être à l'écoute de ses besoins et ne pas se laisser influencer ».

Forte de son expérience, Winona Lefebvre-Castillo aimerait que les universités outillent mieux les élèves pour favoriser leur réussite. « Ça serait bon de montrer qu'il y a différentes méthodes d'apprentissage et de les expliquer aux étudiants », estime-t-elle.

En fin de compte, le sport aura été un atout dans son parcours universitaire. « Je fais du sport depuis que je suis toute jeune et ça apprend à se relever. Pour avoir un moment de succès, il faut des milliers de jours d'entraînement et de la persévérance. Ça permet d'apprendre à tomber et à se relever ».

Nul doute que cette mentalité de sportive lui sera utile pour la suite de son parcours. La jeune femme s'est inscrite à l'école du Barreau et entamera les cours préparatoires à l'automne prochain. D'ici là, elle compte continuer l'athlétisme et participer à des compétitions cet été.