Selon le Shanghai Daily, c'est la première fois qu'un tribunal chinois accepte de se pencher sur une poursuite majeure intentée à la suite d'un accident aérien ayant causé des décès.

Le procès a débuté mardi.

En plus des 123 millions de yuans, les familles de 32 des passagers morts réclament entre autres à Bombardier et aux autres intimés de leur fournir plus de détails sur la cause de l'accident, de présenter des excuses publiques et d'ériger un monument à la mémoire des victimes, rapporte La Presse Canadienne.

Le CRJ-200, à destination de Shanghai, s'est écrasé le 21 novembre 2004 dans un lac gelé de la Mongolie intérieure, tuant les 47 passagers et six membres d'équipage à bord, de même que deux personnes au sol.

Selon les autorités chinoises, l'accident a été causé par un mauvais déglaçage des ailes de l'appareil.

En 2004, China Eastern a accepté de verser 211 000 yuans (34 000 $) à la famille de chaque passager décédé, mais les familles ont jugé ce montant trop peu élevé, selon la presse chinoise.

En 2005, les proches ont tenté de poursuivre les entreprises devant un tribunal américain, qui a statué que l'affaire devait être jugée en Chine, a indiqué le journal Beijing News. D'autres tentatives effectuées devant des tribunaux chinois en 2007 ont également échoué.

Chez Bombardier Aéronautique, on n'a pas voulu commenter le dossier.