Pourquoi les femmes avocates se retrouvent-elles toujours derrière les hommes dans les classements de rendement des cabinets, s'interroge Vivia Chen sur The Careerist.

Difficulté d’équilibrer vie professionnelle et vie personnelle ? Manque d’encadrement ?

Non ! Selon une étude en socio-psychologie menée par Monica Biernat, M. J. Tocci, et Joan Williams.

En scrutant de près les chiffres des évaluations de 234 avocats d’un cabinet de Wall Street, ces derniers se sont aperçus que les hommes sont invariablement surclassés, même si les femmes collectionnent les commentaires élogieux.

Les cabinets seraient plus strictes avec les femmes qu'avec leurs collègues masculins
Les cabinets seraient plus strictes avec les femmes qu'avec leurs collègues masculins
Et si les avocates n’obtiennent jamais le Prix de la Meilleure Avocate de l’année, il semblerait que ce soit surtout parce que les cabinets se montrent plus stricts avec elles qu’avec leurs homologues masculins.

Un système de notation sévère qui les reléguerait au bas du classement…

La malédiction des chiffres

« Pour des compétences égales en relations clients, un homme obtient un 5. Une femme n’obtient que 4. Côté rendement, on attend d’elles qu’elles soient des travailleuses impliquées, mais jamais des faiseuses de pluie», explique Joan Williams, professeur de droit à l’Université de Californie à Hastings.

Qu’elle soit douée en affaires, ou en contact humain, la femme avocate semble donc condamnée.

Et ce n’est pas tout ! Les chiffres sont éloquents.

  • Les superviseurs hommes donnent toujours de meilleures notes aux avocats… hommes;
  • Un plus grand pourcentage d’hommes (14%) obtient la note maximale de 5 dans les différentes catégories (contre 4,76 % chez les femmes);
  • Les compétences techniques sont jugées plus importantes chez un homme que chez une femme, tandis que les relations humaines sont jugées plus importantes chez ces dernières.

Et, les conséquences sont lourdes, à commencer par l’accession au rang d’associé, le Graal des avocats.

« On met toujours la barre plus haut pour les femmes. Les cabinets n’en sont peut-être pas conscients mais le résultat reste le même : les avocates doivent constamment faire leurs preuves, encore et encore. Elles doivent travailler toujours plus dur », explique Me Williams.

Mesdames, vous voilà donc maudites. Vous pouvez être « excellentes », « géniales », voire même « stellaires », et pourtant, vous obtiendrez immuablement un score numérique inférieur aux hommes !

Espérons que l'année 2012 sera synonyme de plus de parité dans les cabinets...