Question

Bonjour,

Je suis en recherche d'emploi et je suis enceinte de 6 mois. Jusqu'à présent, j'ai réussi à masquer ma grossesse. Je suis présentement dans la dernière phase d'embauche pour un poste d'avocate au sein d'une petite boîte et je suis mal à l'aise de cacher davantage ce "détail" d'importance.

D'une part, suis certaine que je ferai l'objet de discrimination si je le mentionne (même s'il s'agit d'un motif interdit, il est souvent difficile de le prouver!). D'autre part, je crains de briser la relation de confiance entre moi et mon futur employeur dès le départ si je suis sélectionnée pour ce poste. Je suis très embêtée par cette question, d'autant plus que le processus de sélection a pris quelques mois, le temps pour ma grossesse d'avancer.

Le poste en question m'intéresse beaucoup et j'aimerais aussi m'assurer d'avoir un emploi au retour de mon congé. Aussi, je suis prête à écourter mon congé si nécessaire.

Merci pour vos bons conseils!

Réponse

Chère lectrice,

Premièrement toutes mes félicitations à vous et votre conjoint. C’est un bel événement heureux qui approche et qui meublera votre printemps, votre été et probablement reste de votre vie. Je vous souhaite un bébé en bonne santé et que tout se passe bien pour vous. C’est une merveilleuse chose d’avoir un enfant d’un point de vue personnel et familial, c’est un peu différent du côté professionnel.

Me Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Me Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
La situation s’est améliorée par rapport à que ce qu’elle était il y a vingt ou trente ans mais il est encore difficile, voir impossible, d’avoir le beurre et l’argent du beurre. Personne n’a trouvé de façon de permettre à quelqu’un d’avoir les mêmes avantages, pour moins d’investissement sans pour autant que quelqu’un d’autre ne paie la note.

Comme société, on peut choisir de payer une partie de la note. C’est d’ailleurs ce que nous faisons avec les congés parentaux et les garderies à sept dollars. On peut aussi rendre illégale toute discrimination fondée sur le fait qu’une personne soit enceinte mais cette mesure fait porter le fardeau sur une entreprise en particulier et non sur la société en générale. Dans cette situation, est-ce qu’on peut reprocher un comportement fautif de la part d’une entreprise ? D’après moi oui, si l’employée est déjà en place et qu’on ne lui conserve pas sa place durant son congé de maternité, question de choix de société. La réponse est moins évidente dans une situation d’embauche d’une nouvelle employée.

Dans une réalité que bien des gens ont tendance à oublier, une entreprise ce sont d’abord des personnes, des associés ou des propriétaires. Ces gens travaillent et investissent temps et argent pour faire grandir l’entreprise et essentiellement faire des profits. Au moment d’embaucher un nouvel employé parce qu’il y a un besoin, comment pourrait-on envisager embaucher un candidat qui ne serait disponible que dans six ou douze mois ? Certaines situations peuvent s’y prêter mais dans la majorité des cas c’est irréaliste, à plus fortes raisons dans le contexte d’une petite boite.

Malgré tout, je considère que la pire chose que vous puissiez faire est de passer sous silence le fait que vous soyez enceinte car vous avez raison de crainte que ça brise la relation de confiance avec votre employeur, le contraire me surprendrait. Je suggère donc de le mentionner le plus rapidement possible même s’il est probablement trop tard. Vous êtes à la dernière étape du processus d’embauche donc vous avez déjà passé une ou plusieurs entrevues. Votre employeur sera surpris que vous ne l’ayez pas déclaré plus tôt et il a de bonne chance d’être "inconfortable" avec la situation.

Le critère d’embauche le plus important dans 99% des cas pour un poste de cadre ou de professionnel, est la personnalité du candidat. Va-t-il bien s’intégrer au groupe en place, s’y sentir à l’aise, y apporter une valeur ajoutée ? Un candidat qui cache ou omet de déclarer une information pertinente lors du processus d’embauche, peut être vu comme quelqu’un qui place son intérêt avant celui du groupe. Cette situation est peu conciliable avec le concept de personnalité attachante.

Le fait que vous soyez prête à diminuer la durée de votre congé de maternité peut sauver la mise si votre candidature est vraiment la meilleure alors n’hésitez pas à le proposer.

Si vous vous dites qu’à cette étape, il est préférable de cacher le tout et de mettre éventuellement votre futur employeur devant ses obligations légales, libre à vous. Je crois cependant qu’il s’agirait d’une mauvaise décision qui envenimerait votre relation de façon irrévocable. Pas certain que lors de votre retour, votre employeur soit très conciliant au niveau de votre évaluation, ni flexible face aux absences imprévues indissociables du rôle de nouveau parent.

Vous êtes dans une situation perdante-perdante (d’un point de vue professionnel) et j’en suis désolé mais il faut penser à long terme. Tenter de sauver les meubles en jouant franc jeu et si ça ne marche pas, recommencez à poser votre candidature pour d’autres postes mais en le mentionnant dès le début. Ce ne sera pas évident de trouver quelque chose mais c’est toujours possible. Dans le cas contraire, profitez de votre maternité et recommencez vos recherches six ou neuf mois après votre accouchement.

Désolé de ne pas être plus positif mais c’est la réalité.

Je vous souhaite sincèrement bonnes chances dans vos démarches.

Pierre Arcand


La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Me Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.

Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.