La requête insolite de Sylvio Langevin aura fait couler beaucoup d’encre en 2012.

Plusieurs se rappellent peut-être ce résident de Sainte-Euphémie qui réclamait la propriété de la Terre, de Mercure, de Vénus, de Jupiter, de Saturne, d’Uranus, ainsi que des quatre lunes de Jupiter… une requête rejetée par la Cour supérieure du Québec le 22 février dernier.

Le juge Alain Michaud a déclaré le demandeur, plaideur quérulent
Le juge Alain Michaud a déclaré le demandeur, plaideur quérulent
Selon le président de l’Institut canadien d’information juridique, Colin LaChance, cette décision judiciaire a été la plus consultée au Canada en 2012.

Comme l’indique le site du Legal Post, plus de 19 000 individus auraient consulté le jugement.

C’est en décembre 2011 que M. Langevin a déposé sa requête à la Cour. Ce dernier voulait devenir propriétaire des planètes lorsqu’il a pris connaissance « que les Chinois avaient l'intention d'envoyer des stations orbitales dans l'espace : M. Langevin ne veut pas qu'il se forme une autre ville chinoise dans l'espace, au-dessus de lui », pouvait-on lire dans le jugement.

En plus de refuser la requête, le juge Alain Michaud a déclaré Sylvio Langevin « plaideur quérulent », entre autres pour ses multiples requêtes antérieures, dont la demande de propriété de la Lune et de Mars.

Dans tous les cas, il ne sera donc plus possible pour M. Langevin de déposer une demande ou une procédure à la greffe de la Cour supérieure de tout palais de justice de la province de Québec.

Pour ceux qui voudraient réclamer la propriété du Soleil, il est déjà trop tard, une femme d’origine espagnole en est déjà propriétaire depuis 2010…

Pour en lire plus sur ce sujet, cliquez ici.

La décision de la Cour supérieure peut être consultée là.