Monique Jérôme-Forget a reçu le titre d'Officière de l'Ordre national du québec le 6 juin dernier
Monique Jérôme-Forget a reçu le titre d'Officière de l'Ordre national du québec le 6 juin dernier
C'est le 6 juin dernier, au salon rouge de l'Hôtel du Parlement, que Monique Jérôme-Forget a reçu le titre d’Officière de l’Ordre national du Québec de la première ministre Pauline Marois.

Ordre national du Québec

"C'est la plus belle récompense que quelqu'un peut recevoir du Québec", a déclaré à Droit-inc l'ancienne ministre libérale. Elle se dit très flattée d'avoir été choisie alors que des centaines de candidatures sont reçues par le Conseil de l'ordre national, actuellement présidé par Jean-Paul L'Allier.

Chaque année, un appel public de candidatures est lancé sur le web et dans les médias. Celle de Monique Jérôme-Forget a été proposée par John Parisella.

"C'est lui qui m'a poussée à aller en politique et je lui dois mon succès”, confesse-t-elle.

Celle qui a siégé plus de dix ans sur les bancs de l'assemblée nationale et qui a occupé les postes de ministre des finances (2007-2009) et de présidente du Conseil du Trésor (2003-2008) au sein du gouvernement Charest fait donc désormais partie du club très sélect des porteurs d'insigne bleu et blanc, qui souligne sa contribution au rayonnement et à l'évolution du Québec.

Si sa carrière politique justifie l'octroi de cette distinction, Monique Jérôme-Forget y voit aussi la reconnaissance de son engagement pour la défense de la cause des femmes en entreprise et dans le gouvernement.

Femme d’exception 2013

Elle recevra d'ailleurs le prix de Femme d'exception 2013 de la Fondation Y des femmes lors de la 20ème édition de la Soirée bénéfice Femmes de mérite le 30 septembre prochain au Palais des congrès de Montréal.

"De nombreuses jeunes femmes me disent que je suis pour elles un modèle. C'est le plus beau cadeau qu'on puisse me faire", indique l'auteur de l'essai Les femmes au secours de l'économie.

Chaque semaine, elle donne des conférences pour présenter son livre sur la place encore trop rare des femmes dans les sphères du pouvoir.

"L'environnement de travail doit reconnaître qu'une mère est forcément plus sollicitée qu'un père. Il faut maintenir le cap et aller de l'avant", dit celle qui a porté jusqu'au bout le gros dossier relatif à l'équité salariale.

Monique Jérôme-Forget est actuellement conseillère spéciale au bureau de Montréal chez Osler. Elle préside également le Musée McCord et est membre de différents conseils d'administration tels que la Fondation du Grand Montréal et Astral Media.

"J'ai quitté la politique pour prendre ma retraite, mais je n'ai jamais été aussi occupée", explique-t-elle d'un ton rieur.

Me Jérôme-Forget?

Si elle était plus jeune, elle indique qu'elle aurait certainement ajouté un baccalauréat en droit et l'examen du barreau à la liste de ses diplômes universitaires. "Le droit est un langage clair, c'est une discipline que j'admire beaucoup".