Pour Robert Piasentin, lorsqu'on travaille à l'interne, on devient impliqué dans tous les départements
Pour Robert Piasentin, lorsqu'on travaille à l'interne, on devient impliqué dans tous les départements
« Lorsqu’on travaille à l’interne, on devient impliqué dans tous les départements de l’entreprise… on touche à tout et on est partie prenante des prises de décisions d’affaires », affirme Robert Piasentin, conseiller juridique de Sierra Systems à Vancouver.

Nul doute que Me Piasentin n’est pas un avocat comme les autres.

L’environnement de travail d’un conseiller juridique peut ne pas convenir et plaire à tous les avocats. Les tâches du conseiller juridique l’amènent souvent à être au centre de l’action de l’entreprise dans laquelle il travaille, et à aller au-delà du domaine légal.

« La décision d’orienter sa carrière professionnelle à l’interne reste une question d’intérêt personnel : le fonctionnement global de la business vous intéresse-t-il également? », rappelle Me Piasentin.

Les conseillers juridique: qu’apportent-ils à l’entreprise?

« Une entreprise doit souvent défrayer jusqu’à 300$ ou 400$ de l’heure pour un avis juridique. De nombreuses économies peuvent être faites à ce niveau », affirme Warren Smith, gestionnaire pour la firme de recrutement juridique Counsel Network.

La diminution des coûts pour des services juridiques externes est le plus important avantage d’un recours à un conseiller juridique. Ceci est particulièrement vrai pour les cas où les besoins en conseils sont plus importants et fréquents.

Pour les compagnies minières ou œuvrant dans les technologies, ce peut être particulièrement bénéfique étant donné que leur fonctionnement implique régulièrement des accords de non-divulgation ou des conventions de financement avec des fournisseurs, rappelle l’article du Business Vancouver.

Les entreprises profitent également de la présence des conseillers juridiques pour des prises de décisions rapide, et ce dans leur champ d’expertise.

Intéressés?