C’est au début de cette année que le nombre de femmes inscrites au Barreau du Québec a dépassé pour la première fois celui des hommes: 12 715 femmes sont inscrites au Tableau de l'Ordre, contre 12 556 homologues masculins.

C’est une petite longueur d'avance, mais un renversement de tendance notable si l’on considère le chemin qui a été parcouru depuis que la première d'entre elles a revêtu la toge.

L’augmentation s’est largement accélérée aux cours des dernières décennies: d’après le site du Barreau du Québec, un avocat sur trois était une femme en 1990. En vingt ans, le nombre de femmes membres du Barreau est passé de 4 000 à plus de 12 000, ce qui représente une augmentation de 175%.

Par ailleurs, 65% des finissants de l’École du Barreau sont des femmes, ce qui laisse présager une amplification de la tendance.

Si elles sont aujourd’hui majoritaires dans le nombre total d’inscriptions, ce n’est pas une réalité dans tous les domaines de pratique. Selon le rapport annuel 2011-2012 du Barreau du Québec, 32% des femmes exercent en pratique privée, contre 52% des hommes, et 26% d’entre elles sont dans la fonction publique contre 16% pour les hommes.

En 2011, seuls 20% des associés des cabinets étaient des femmes. Il reste encore du chemin à parcourir dans la lignée de celui qui a été tracé par la première femme avocate.

Il y a 70 ans

Elisabeth C. Monk
Elisabeth C. Monk
Il s'agit d'Elisabeth C.Monk qui s’est inscrite au Tableau de l'Ordre du Québec en 1942. Pourtant, c'est en 1914 que la lutte des femmes a commencé avec la demande d'admission déposée par Annie MacDonald Langstaff, diplômée de McGill. L'accès à la profession lui avait été refusé, et la décision avait été confirmée par la Cour supérieure puis la Cour du Banc de la Reine.

Jusqu'en 1941, sept projets de lois ont été déposés à l'Assemblée législative, dans le but de faire modifier l'article 28 des Règlements du Barreau du Québec disposant que «nul ne peut être admis à l'étude du droit à moins d'être sujet britannique et de sexe masculin».

Le combat des femmes pour leur admission au Barreau a suivi celui de leur accès au droit de vote et, pour les deux, l'opposition était forte, quelle que soit la couleur politique des hommes politiques au pouvoir.

Si Maurice Duplessis n'y était pas opposé, c'est finalement le gouvernement libéral d'Adélard Godbout, élu en 1939, qui a changé l'avenir des femmes au Québec. Le droit de vote leur a été accordé en 1940 et le 1er mars 1941, à 11 voix contre 12, le Conseil général du Barreau du Québec se prononçait en faveur de l'admission des femmes, tandis que la loi reçut la sanction royale le 26 avril 1941.

Après Elisabeth C. Monk en 1942, les premières femmes à devenir membre du Barreau seront Suzanne Raymond-Filion, Constance Garner-Short et Marcelle Hémond.

Les premières

Les arrivées «des premières» dans les différentes sphères du milieu juridique se suivront ensuite:

Me Thérèse Lemay
Me Thérèse Lemay
- Me Thérèse Lemay, (Barreau 1950) est la première femme nommée juge au Québec en 1961;

Me Marguerite Choquette
Me Marguerite Choquette
- Me Marguerite Choquette, (Barreau 1950) est la première femme à plaider dans le district judiciaire de Québec et devient en 1965 la première femme juge à la Cour du Bien-Être Social;

Me Claire L'Heureux-Dubé
Me Claire L'Heureux-Dubé
- Me Claire L'Heureux-Dubé, (Barreau 1952) sera triplement première: juge à la Cour supérieure division d'appel de Québec en 1973, à la Cour d'appel du Québec puis en 1979 et, enfin juge à la Cour suprême du Canada en 1987;

Me Gabrielle Vallée
Me Gabrielle Vallée
- Me Gabrielle Vallée (Barreau 1954) est la première femme bâtonnière du Québec en 1973, et la première femme à devenir juge en chef associée à la Cour supérieure en 1976;

Me Thérèse Rousseau-Houle
Me Thérèse Rousseau-Houle
- Me Thérèse Rousseau-Houle (Barreau 1971) devient la première doyenne d'une faculté de droit au Canada en 1985;

Me Linda Goupil
Me Linda Goupil
- Me Linda Goupil (Barreau 1983) sera la première ministre de la Justice dans le gouvernement de Lucien Bouchard, en novembre 1998;

Aujourd'hui le nombre le plus important de femmes inscrites au Tableau de l'Ordre se situe dans la tranche d'âge des 35-39 ans (2 135) avant les 30-34 ans (2 050) et les 25-29 ans (1 873), alors que 104 femmes de 70 ans et plus sont encore membres du Barreau.

Avec une journée d'avance, Droit-inc leur souhaite à toutes une très belle Journée internationale de la femme!

Ventilation des femmes membres, par tranche d’âge:

Image


Sources:

Site du Barreau du Québec http://www.barreau.qc.ca/fr/
Site du Barreau de Québec http://www.barreaudequebec.ca/accueil/