Le samedi 8 mars dernier, Me Chantal Chatelain, associée au sein du cabinet d’avocats Langlois Kronström Desjardins, a rejoint officiellement les rangs des meilleurs avocats plaidants du Canada et des États-Unis. Lors de la cérémonie officielle qui s’est déroulée à San Francisco, elle a accepté sa nomination en tant que Fellow de l’American College of Trial Lawyers.

Membre du Barreau du Québec depuis 1993, Me Chatelain pratique en litige, en arbitrages civils et commerciaux, en recours collectifs, dans des causes impliquant l’indépendance de la magistrature, en responsabilité professionnelle, en accords fiscaux entre les gouvernements fédéraux et provinciaux et en accès à l’information.

Avec sa nomination, le cabinet LKD compte trois avocats membres de l’ American College of Trial Lawyers. Mes Raynold Langlois et Michel Jolin sont aussi des Fellows.

Droit-inc: C'est un bel honneur, vous vous y attendiez?

Me Chantal Chatelain a rejoint officiellement les rangs des meilleurs avocats plaidants du Canada et des États-Unis.
Me Chantal Chatelain a rejoint officiellement les rangs des meilleurs avocats plaidants du Canada et des États-Unis.
Me Chantal Chatelain: Ce fut une surprise totale. J’ignorais que ma candidature avait été soumise au Collège et qu’une enquête avait été effectuée à mon sujet. J’ai été littéralement soufflée lorsque l’on m’a expliqué ce processus à l’occasion de mon intronisation au Collège cette semaine.

L’admission au Collège est limitée à 1% des avocats d’un État ou d’une province et seuls des membres actifs du Collège peuvent proposer des candidatures. S’ensuit un processus très rigoureux de sélection et de vérification qui peut durer plus d’une année, le tout dans la plus grande confidentialité et fondé sur la reconnaissance des pairs uniquement.

Il est d’ailleurs impossible de postuler comme membre du Collège et ceux ou celles qui poseraient des gestes en ce sens pourraient tout simplement être exclus du processus de sélection. Les candidatures sont scrutées à la loupe; les collègues, les procureurs représentant les parties adverses, les juges et tous les Fellows de la région du candidat sont consultés et sondés aux fins de vérifier les attributs et qualification des candidats. Au total, les dossiers sont soumis à trois paliers décisionnels distincts qui effectuent chacun de nouvelles vérifications, analyses et enquêtes, jusqu’à l’approbation finale du Collège.


Qu’est ce que ça fait d’être reconnu comme l’un des meilleurs plaideurs en Amérique du Nord?

L’excellence est une quête continuelle à mon avis et cette reconnaissance est d’abord et avant tout un encouragement à continuer à me surpasser et à exercer ma profession en m’efforçant d’y appliquer les plus hauts standards.

Je suis surtout honorée de me joindre aux autres Fellows du Collège, qui sont des personnes pour lesquelles j’ai le plus grand respect, tant au niveau personnel que professionnel, et qui demeurent des modèles pour moi.

J’ai également eu l’occasion cette semaine de me retrouver avec des personnes extraordinaires et tout aussi inspirantes, comme Robert A Clifford, du cabinet Clifford Law Offices ou David J. Beck, du cabinet Beck Redden, tous deux Fellow du Collège et reconnus comme étant parmi les meilleurs avocats de leur temps.

Comment devient-on un super plaideur? Qu'est-ce ça prend comme qualité?

Pour convaincre et persuader, la seule logique ne suffit pas. J’ai toujours cru que l’un des attributs essentiels d’un bon plaideur est sa capacité de créer un climat de confiance avec son interlocuteur. Si le tribunal nous reconnaît comme une personne intègre, honnête et digne de confiance, on a déjà la moitié du chemin de parcouru. Dans son livre de référence sur l’art de la plaidoirie « Making your case », Antonin Scalia, juge à la Cour suprême des États-Unis écrit « Argue not just for the day but for reputation ».

Une autre des qualités essentielles est le sens de l’écoute et la capacité d’engager un dialogue avec le tribunal. Il faut également savoir prendre appui sur les questions et les commentaires du juge pour mieux cerner ses préoccupations quant à la justesse de la théorie que nous avançons et, évidemment, pour évacuer les doutes pouvant subsister. Les outils de base selon moi sont donc la crédibilité, la clarté et la concision, l’écoute active et, bien sûr, la préparation.

Toutefois, même le meilleur plaideur frappe quelques écueils. Il faut alors faire preuve d’honnêteté et d’humilité et, surtout, tirer profit de ces expériences. Tout comme il ne faut pas se glorifier de ses succès, il faut également apprendre de nos moments moins glorieux.

Un titre comme celui-ci ça aide vraiment pour mieux vendre ses services ou c'est juste bon pour l'ego?

L’admission au Collège est certes un honneur et j’en suis évidemment très fière; toutefois, cette reconnaissance représente surtout, pour moi, une responsabilité. La responsabilité de continuer à promouvoir les valeurs du Collège, dont les plus hauts standards d’exercice de la profession.

D’ailleurs, comme me l’a enseigné mon mentor, Me Raynold Langlois, également Fellow du Collège, la meilleure façon de vendre ses services, ce n’est pas d’arborer des titres ou de participer à des cocktails, mais, plutôt, d’incarner l’excellence et la compétence et d’offrir le meilleur service possible au client afin de répondre à ses besoins.

Une fois que vous avez été nommé Fellow, qu’est-ce que l’ACTL va vous apporter ?

Le Collège est dédié au maintien et à la promotion de trois valeurs fondamentales, à savoir l’exercice des meilleures règles et normes de la pratique, le soutien de l’administration de la justice et le maintien des plus hauts standards d’éthique dans la profession.

Grâce à la collégialité de ses membres, sa structure organisationnelle, ses nombreux comités et la tenue de rencontres régulières, plusieurs occasions et moyens sont à offerts en vue de promouvoir ses objectifs.

Par ailleurs, le fait de côtoyer les membres du Collège et de partager un idéal commun est en soi une gratification et l’occasion de rencontres extrêmement enrichissantes.