Au lieu de se contenter de son salaire de 300 000 $, l’ex-président d’une entreprise a fraudé son employeur de 3,4 millions $.
Au lieu de se contenter de son salaire de 300 000 $, l’ex-président d’une entreprise a fraudé son employeur de 3,4 millions $.
Normand Senécal, 69 ans, était président de Patterson Dentaire Canada entre 1996 et 2003. À ce titre, c’est lui qui autorisait le paiement des factures pour l’entreprise spécialisée en équipement dentaire. Et il en avait largement profité.

Au fil des ans, il avait installé un système de fausse facturation lui permettant de voler de l’argent à la compagnie.

«Il est à ce point gourmand qu’il se procure des voitures (...) alors qu’il reçoit 13 000 $ par an en allocation pour son véhicule et 18 000 $ pour sa location», a déploré le juge Pierre Labelle, lundi au palais de justice de Montréal.

Le chat sort du sac

En sept ans, Senécal avait ainsi réussi à amasser 3,4 millions $. Mais le pot aux roses avait finalement été découvert. L’homme a été congédié, ses biens ont été saisis, et des accusations criminelles avaient finalement été déposées en 2010.

Il avait finalement plaidé coupable à un chef de fraude et 19 chefs de fabrication de faux, ce qui lui a valu lundi une peine de quatre ans et demi de pénitencier.

«Les gestes ont été posés (...) pour se procurer des biens luxueux alors que le salaire qui lui était consenti était déjà bien au-delà de la moyenne de ses concitoyens», a ajouté le magistrat.

Fait à noter, Senécal avait tenté de reporter sa cause, lundi, en tentant de congédier son avocat pour «incompétence».

Le juge a vite balayé la demande de l’accusé, en ajoutant y voir «une tactique pour gagner du temps, pour ne pas faire face à l’inévitable».