Question:

Bonjour Monsieur Arcand

Je travaille dans un petit cabinet avec un avocat généraliste qui a plusieurs années d'expérience. Nous pratiquons dans plusieurs domaines de droit: civil, familial, criminel et prenons aussi d’autres mandats variés.

J'ai trois années de pratique et je me suis rendu compte que faire un peu de tout n'est pas fait pour moi. Je ne me sens compétent dans aucun domaine où l'on pratique et, à vrai dire, je n'aime ni le droit civil ni le droit familial.

Toutefois, j'aime le droit criminel et je voudrais réorienter ma carrière dans un autre cabinet et me spécialiser dans ce domaine. Existe-t-il des cabinets d'avocats criminalistes où l'on peut commencer comme salarié ou faut-il nécessairement partir à son compte et développer sa clientèle ?

Réponse:

Cher lecteur,

Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Merci pour votre question car c’est intéressant de parler des avocats criminalistes, les occasions n’étant pas si nombreuses.

La réponse est oui, il existe des cabinets où l’on peut commencer comme salarié en droit criminel mais ils ne sont pas légions.

Dans un premier temps, il y a certains cabinets de taille moyenne qui acceptent des mandats en droit criminel ou pénal et ce sont ceux qui généralement offrent les meilleures conditions salariales. Il y a cependant peu de postes ouverts et beaucoup de candidats intéressés.

Pour les petits cabinets dans lesquels la plupart des criminalistes œuvrent, quelques uns vont offrir des conditions intéressantes mais votre capacité à générer votre propre clientèle influencera grandement votre rémunération.

Si vous aimez le droit criminel, vos meilleures chances se trouvent au sein de ces cabinets mais il faut être conscient que votre rémunération pourrait ressembler à un parcours de montagnes russes… avec bien peu de montées.

Comment la rémunération est-elle établie ? Il y a plusieurs formules applicables mais très peu de bureaux vous offriront un salaire de base vraiment intéressant. Il faut y voir une occasion de prendre de l’expérience sans mourir de faim. Plus vite vous générerez vos propres dossiers, mieux votre situation se portera.

N’ayez pas peur de demander une rémunération comprenant un pourcentage des honoraires perçus dans les dossiers que vous apporterez, c’est le gros bon sens dans la mesure où votre employeur y sera gagnant également.

Ceci étant dit, plutôt que de vous attarder uniquement à la rémunération, je vous conseillerai de vous concentrer sur la réputation du criminaliste avec lequel vous travaillerez et le type de mandats dans lesquels il pourra vous impliquer. Cette expérience vous sera précieuse non seulement au niveau des connaissances juridiques mais également en terme de visibilité, essentielle à votre développement d’affaires.

Vous ne supportez pas l’incertitude financière et le développement d’une clientèle ne vous inspire pas ? Il n’y a pas mille solutions: visez un poste en poursuite. Il y a bien sûr la Couronne, tant fédérale que provinciale, mais il y a aussi les municipalités et certains organismes chargés d’appliquer des mesures disciplinaires (AMF, Ordres professionnelles, etc…). Ses positions offrent la stabilité que vous souhaitez et de très beaux défis professionnels.

Dernier petit point: ne tardez pas trop à prendre une décision. Plus vous demeurerez généraliste, plus on vous identifiera comme tel. Après trois ans de pratique, c’est un bon moment pour réorienter le tir. Après 5, 6 ou 7 ans ça sera plus difficile car vous commencerez à être en mesure de profiter financièrement de la vie, situation qui vous incitera certainement à demeurer confortable dans vos vieilles pantoufles…

Espérant que ma réponse vous sera utile et je vous souhaite une bonne semaine.

La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.


Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.