Pierre Arcand, recruteur juridique.
Pierre Arcand, recruteur juridique.
Question :

Bonjour,

Je commence ma deuxième année de pratique au sein d’un cabinet de taille moyenne où j’ai également complété mon stage.

Je me promène entre le litige et le droit transactionnel : les deux m’intéressent mais je travaille de très longues heures et à moyen terme, je désire avoir une meilleure qualité de vie.

Est-ce possible ?Et si oui, dans quel secteur devrais-je me diriger ?

Réponse :

Cher lecteur,

C’est tout à fait possible de combiner une carrière en droit et une belle qualité de vie mais encore faut-il définir ce qu’on entend par « qualité de vie ».

D’entrée de jeu, je vous dirais que ce qui est difficilement conciliable ce n’est pas le droit et la qualité de vie mais plutôt des revenus importants avec des dossiers stimulants le tout en se limitant à 35 ou 40 heures par semaine.

Les avocats sont quelques fois déconnectés de la réalité au niveau de la rémunération moyenne de l’ensemble de la population. Dites-vous qu’il y a peu de professions qui permettent d’avoir une rémunération globale annuelle d’environ 100 000$ tout en offrant des horaires permettant d’aller chercher les enfants à la garderie tous les jours.

La profession d’avocat en est une mais malheureusement pour beaucoup de juristes de 10 ou 15 années de pratique, 100 000$ ce n’est pas assez.

Si on considère la rémunération générale des avocats en pratique privée ayant plus de 10 années d’expérience, 100 000$ ce n’est pas exceptionnel. D’un autre côté, à 10 ans de pratique vous aurez environ 35 -40 ans. Ce revenu à cet âge, et même plus vieux, comblerait 97.3% de la population. Il faut quelques fois mettre les choses en perspective et se demander : « Il m’en faut combien pour vivre ?»

Je ne rejette pas d'emblée la possibilité de concilier la pratique en moyen ou grand cabinet et la qualité de vie. Avec une rémunération de 150 000$, jusqu’à des montants indécents pour certains associés de grands cabinets, on peut se payer une belle qualité de vie. Cependant, il faut aussi trouver de l’intérêt dans son travail parce qu’on y passera une bonne partie de sa vie.

On pourra se gâter, se permettre de merveilleuses vacances en famille, inscrire les enfants dans les meilleures écoles, leur permettre de pratiquer des sports dispendieux, etc… Mais on doit faire une croix sur la garderie à 16h30, le conjoint devant faire sa large part.

Tout est question de choix et de priorités et ces considérations sont personnelles à chacun. En plus, ce sont des points de vue qui tendent à évoluer avec l’âge, ce qui rend encore plus difficile l’accession à cette sacro-sainte qualité de vie.

Choisir un « type de pratique »

Pour en revenir à votre question de façon plus spécifique, celle-ci exclut les longues heures de travail alors je déduis qu’il est important pour vous d’avoir vos soirées et vos week-end (sauf lors de périodes plus intenses qui ne devraient pas survenir trop régulièrement).

Litige, transactionnel, droit du travail, assurances ou autres secteurs ? Tous les secteurs impliquent des périodes de stress et ce tant en pratique privée qu’en entreprise. Votre qualité de vie future ne dépend pas du choix de secteur de pratique mais plutôt du type de pratique que vous choisirez.

Selon ma définition personnelle de qualité de vie, les gens qui semblent le plus concilier des revenus substantiels, une latitude au niveau de l’horaire et au niveau du choix de dossiers sont des avocats en pratique privée solo ou dans des petits cabinets.

Ils limitent leurs frais généraux, facturent 1000 heures par année à un taux horaire de 250$ et il leur reste 150-175k$ dans les poches. Ils ne sont cependant pas venus au monde comme ça. La plupart d’entre eux ont travaillé très fort pour se bâtir une clientèle et une réputation mais aujourd’hui ils peuvent jouir des efforts fournis.

Si la qualité de vie pour vous est inconciliable avec des concepts comme clientèle et facturation, alors la pratique en entreprise, au sein d’un organisme ou de la fonction publique serait peut-être à considérer. Ces types de pratique offrent moins de latitude au niveau de l’horaire et du choix de dossiers mais compensent en vous garantissant un chèque toutes les deux semaines, des assurances collectives, le travail en collégialité et souvent un fonds de pension intéressant.

Ces types de pratique ne garantissent pas automatiquement un « beat de vie relax ». Si vous voulez avoir vos soirées et fins de semaine, choisissez votre employeur en conséquence mais vous devrez probablement laisser tomber vos aspirations à être le prochain VP, directeur ou sous-ministre. Question de choix et de priorités ….

Je conclurais cette chronique en revenant sur le fait que ce à quoi on aspire a tendance à évoluer avec l’âge. Je conseille donc aux jeunes juristes de garder le plus de portes ouvertes possibles mais surtout de ne pas hausser leurs obligations financières en fonction de leur revenu. Vivez selon vos besoins et non vos revenus. C’est la seule façon d’être capable de ralentir un jour et de profiter de la vie avant la retraite.

J’espère que ma réponse vous aidera dans votre cheminement et je vous souhaite une bonne semaine.

La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.


Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.