Question:

Bonjour M. Arcand,

Je pratique en litige civil depuis quatre ans et je songe à quitter le marché du travail pour étudier la fiscalité à temps plein en cycle supérieur (DESS ou maîtrise).

Est-ce une bonne idée ? Quelles sont les perspectives d'emploi avec diplôme de cycle supérieur ? Je ne voudrais pas quitter mon emploi, étudier pendant un an et avoir de la difficulté à trouver un nouvel emploi par la suite...

Réponse:

Cher lecteur,

Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Bien qu’il n’y ait aucune certitude, je crois que votre idée n’est pas bête. Une spécialisation en fiscalité pour un avocat de litige pourrait ouvrir plusieurs portes dans les cabinets spécialisés ou même dans les grands cabinets.

Ceci est d’autant plus vrai si votre pratique actuelle vous a amené à toucher certains aspects du litige fiscal. Dans le cas contraire, ça demeure une bonne idée mais la transition peut s’avérer plus difficile.

Pour cette raison, ainsi que pour des raisons purement mercantiles, je vous conseillerais d’envisager la possibilité de faire votre spécialisation dans le cadre d’une formation à temps partiel. De cette façon, vous continueriez à acquérir de l’expérience pendant vos études en plus de minimiser le risque de vous retrouver sans emploi à la fin de votre formation.

De plus, il est possiblle que votre employeur y trouve son intérêt et décide de contribuer financièrement à votre formation.

Par contre, si votre pratique actuelle n’inclut pas la fiscalité, il serait probablement préférable de ne pas en parler mais c’est à vous de juger de l’ouverture d’esprit de votre employeur.

Certains vont y voir une opportunité de développer de nouveaux marchés tandis que d’autres y verront la menace de votre départ à court ou moyen terme.

De votre côté, la même question devra se poser mais je suis d’avis que vous auriez avantage à côtoyer un spécialiste du litige fiscal en début de pratique et ce autant pour votre formation que pour asseoir votre crédibilité auprès de vos clients et collègues.

Faire votre formation et continuer à pratiquer uniquement en litige civil ne serait pas la meilleure option. Donc, si votre pratique exclut la fiscalité et que vous souhaitez mettre en branle votre projet, je vous invite à commencer vos démarches le plus tôt possible afin de dénicher votre futur employeur, celui qui vous permettra de rentabiliser votre investissement en fiscalité et peut-être même celui qui acceptera de prendre le coût monétaire dudit investissement.

J’espère que ma réponse vous sera utile et je vous encourage fortement à poursuivre votre projet.

Bonne semaine

La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.


Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.