Question :

Je me heurte souvent contre des employeurs qui m’annoncent que ma candidature a été rejetée pour manque d'expérience. Pourtant, c'est précisément une première expérience que je recherche en postulant. Y a-t-il une solution ?

Réponse :

Cher lecteur,

Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Il s’agit d’une question à laquelle nous sommes tous confrontés un jour. Que ce soit pour un premier emploi, pour un changement de carrière, une réorientation ou encore pour obtenir une promotion notamment à un poste de gestionnaire. Comment acquérir cette sacro-sainte première expérience ?

Il faut toutefois distinguer une postulation pour un emploi chez un nouvel employeur de l’application pour une promotion chez votre employeur actuel.

Dans le cas d’un nouvel employeur, vous posez probablement votre candidature suite à la parution d’une annonce sur le poste à combler. Lisez bien l’annonce et les critères de sélection.

Si vous appliquez sur un poste pour lequel vous ne répondez pas aux critères de sélections, il y a bien sur des exceptions mais habituellement vous avez de bonnes chances de voir votre candidature rejetée. C’est le gros bon sens.

Peut-on blâmer l’employeur ? Non, s’il a les moyens de recruter quelqu’un avec expérience, pourquoi prendrait-il une chance avec quelqu’un qui n’a pas fait ses preuves ? Lorsque vous magasinerez vos cadeaux de Noël, si les prix sont égaux, irez-vous avec la marque connue ou avec celle dont vous n’avez jamais entendu parler ? Probablement la marque connue qui a fait ses preuves, à moins que l’emballage de l’autre produit soit si exceptionnel qu’il vous donne le goût de l’essayer.

Votre seule chance, si vous postulez sur un emploi pour lequel vous n’avez pas l’expérience requise, est de vous faire remarquer lors de l’entrevue (si vous vous y rendez). Vous devez alors vous démarquer du lot, ressortir et donner le goût à l’employeur de prendre une chance avec vous.

Pas facile à réaliser d’autant plus que les employeurs sont plutôt frileux en ce qui a trait à prendre une chance avec de nouveaux employés, à plus forte raison dans les secteurs traditionnels comme celui des services juridiques.

Je vous conseillerais d’appliquer sur des postes ou l’expérience demandée n’est pas très éloignée de celle que vous avez acquise. Pour les autres postes, rien ne vous empêche de poser votre candidature, mais faites-le de façon sereine, c'est-à-dire en gardant en tête que vos chances sont minces, ça ne coûte rien d’essayer. Si vous vous rendez en entrevue, ce sera déjà quelque chose.

Si vous êtes en milieu de carrière et cherchez à vous diriger vers un autre secteur ou désirez élargir vos champs de compétences, l’approche est différente. Dites-vous que la meilleure façon d’obtenir de l’expérience dans un nouveau secteur, notamment la gestion, est de le faire chez votre employeur actuel.

Si pour différentes raisons, c’est impossible pour vous de gravir les échelons chez votre employeur, trouvez-vous un autre emploi de même niveau dans une entreprise ou il y a des possibilités d’avancement. Vous devrez recommencer à bâtir votre dossier afin d’être en liste pour la prochaine promotion ou le prochain poste de gestionnaire mais c’est toujours mieux que la situation actuelle ou il n’y pas d’ouverture.

Plusieurs personnes me disent qu’ils veulent devenir gestionnaire et que ce sera difficile dans l’entreprise où ils travaillent alors ils veulent postuler sur des postes de gestionnaires dans d’autres entreprises. Le raisonnement mentionné précédemment (marque connue vs. inconnue) s’applique ici également.

Si votre objectif est de devenir gestionnaire, votre meilleure chance est que votre supérieur vous identifie comme de la « graine de gestionnaire » et qu’il vous donne une chance lors de la prochaine ouverture de poste. Vous optimiserez vos chances en élargissant l’étendue de vos tâches. Sautez sur les occasions de démontrer votre leadership et faites le petit plus non-nécessaire.

Vous voulez pratiquer en droit transactionnel et vous faites du litige ? Appliquez la même méthode, dites aux associés que vous voulez changer de département et si ce n’est pas possible, trouvez un cabinet où ça le sera. Tentez de vous impliquer dans des dossiers de transactionnel, démontrez votre intérêt, votre motivation. C’est loin d’être évident mais dites-vous que si vous faites du bon travail, le cabinet préféra vous déplacer dans un autre secteur que de vous perdre chez un concurrent.

Il n’y a malheureusement pas de solution miracle au manque d’expérience et c’est la raison pour laquelle je dis toujours que, peu importe le métier, les trois premières années d’expérience sont les plus difficiles à acquérir. C’est après cela que l’on peut commencer à être un peu plus sélectif dans notre cheminement professionnel.

Sur ce, je vous souhaite une bonne semaine.

La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.


Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.