Question :

Bonjour M. Arcand,

Les questions qui vous sont adressées viennent habituellement de jeunes juristes qui se plaignent de leur sort et qui voudraient que l’employeur leur décroche la lune sans qu’ils n’aient à faire le moindre effort.

Il me semble que les jeunes qui travaillent au sein de mon cabinet sont moins disponibles et motivés que nous l’étions jadis. J’aimerais avoir votre opinion sur ce point.

Réponse :

Cher lecteur,

Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Je débuterai en précisant que la majorité des questions proviennent effectivement de jeunes juristes mais rare sont ceux qui ne font que se plaindre. Même si certains soulèvent des problématiques, les questions ont majoritairement pour but la recherche de solutions.

Ceci étant dit, vous soulignez le fait les jeunes seraient moins disponibles et motivés qu’il y a quelques années. Je ne partage pas votre point de vue. Je crois qu’ils sont tout aussi disponibles et motivés mais ce sont leurs motivations qui sont différentes.

De toute façon, depuis que le monde est monde, les aînés ont toujours souligné le manque d’ardeur et de dévouement de leurs cadets. De génération en génération, on dénigre l’apport des plus jeunes et on surévalue le nôtre. On a parfois même tendance à minimiser l’héritage de ceux qui nous ont précédés. Il faut donc prendre un minimum de recule afin d’éviter de tomber dans les stéréotypes et surtout éviter de comparer des pommes et des oranges.

Chaque génération est différente des autres parce qu’elle évolue dans un environnement distinct géré par des valeurs familiales, sociales et professionnelles n’ayant que peu en commun avec la réalité prévalant deux décennies plus tôt. Je vous invite donc à prendre du recul et surtout, à évaluer la et les valeurs des jeunes d’aujourd’hui en les comparant entre eux et non en prenant comme référence une auto-évaluation plus ou moins pertinente.

Ce que j’aime des jeunes juristes d’aujourd’hui, c’est qu’ils sont beaucoup moins conformistes que ce que je connais des générations précédentes. Ils ne sont pas tous issus du même moule. Les jeunes que je rencontre en entrevue présentent des caractéristiques variées et ce qui les motive diffère à de multiples égards.

Certains sont aussi carriéristes que leur aînés alors que d’autres recherchent avant toute chose une qualité de vie. Évidemment, il y a en toujours ceux qui veulent le beurre, l’argent du beurre, la chèvre et le choux. Il y a aussi ceux qui voudraient atteindre la lune sans prendre le risque de quitter la terre ferme. Mais ils ne sont qu’une minorité qui, par ailleurs, est relativement ouverte à l’idée de voir éclater leur bulle utopique si on les brasse un peu.

Bon, je laisse de côté l’éditorial philosophique pour revenir sur le plancher des vaches. Les jeunes présentent des caractéristiques variées et je n’y vois que du positif. Si vous désirez recruter une copie conforme de la génération précédente, vous pouvez encore la trouver. Ce sera simplement un peu plus long mais je vous garantie que si vous énoncez clairement les qualificatifs ou valeurs recherchées, vous trouverez chaussure à votre pied.

Le problème c’est que souvent les employeurs définissent un emploi quasi uniquement en fonction des tâches à accomplir et non en fonction des valeurs recherchées par l’entreprise ou le gestionnaire. À mon avis, il faut attacher autant sinon plus d’importance aux aspirations de l’individu qu’à sa capacité à exécuter les tâches dévolues au poste à combler.

Un employé apte à exécuter les tâches demandées mais malheureux ne sera jamais un actif de valeur au sein d’une entreprise et en plus, il sera un catalyseur de cheveux gris pour le gestionnaire.

D’un autre côté, un employé heureux (heureux dans le sens de heureux d’être motivé et disponible comme vous le souhaitez) sera beaucoup plus facile à gérer et vous le trouverez performant même si vous devez vous investir un peu plus au niveau de sa courbe d’apprentissage.

En conclusion, je vous suggère de prendre le temps de bien circonscrire ce que vous recherchez en terme de motivation et de disponibilité. Par la suite, débutez votre recrutement en mettant l’emphase que sur les candidats qui répondent aux critères recherchés.

Pour tous les autres, dites-vous qu’ils ne sont pas incompétents ou dépourvus d’intérêt, ils ne sont que des pommes et vous recherchez une orange. Je connais beaucoup d’employeurs qui aiment les pommes… d’autres les ananas, les fraises ou encore les noix…

Bonne semaine.

La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.


Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.