Question :

Je suis actuellement étudiante au baccalauréat en droit. Vous parlez fréquemment des perspectives d'emploi pour les nouveaux diplômés qui se dirigent vers le barreau.

Les perspectives d'emploi sont-elles meilleures pour ceux qui se dirigent vers la profession de notaire ?

Réponse :

Chère lectrice,

Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Premièrement j’aimerais vous préciser que les perspectives d’emploi pour les jeunes membres du Barreau ne sont pas si inquiétantes. Je m’excuse si certains textes ont pu laisser croire une telle chose aux lecteurs. Bien que ce ne soit pas le plein emploi, très peu de professions garantissent par ailleurs une telle chose, et dans le milieu juridique, nous sommes très loin de la catastrophe.

Je suis un Barreau 1996 et depuis mon assermentation la réalité, terme de perspectives d’emploi, n’ont pas beaucoup changé. Il y a immanquablement une période de stress pour les étudiants à la recherche d’un stage, surtout si on se ramasse les mains vides à la suite de la course aux stages.

Par contre, en troisième année et pendant la formation du Barreau, un grand nombre de postes de stagiaire sont affichés et, en bout de ligne, la grande majorité des diplômés se trouvent quelque chose. Pas toujours le stage qu’ils auraient souhaité mais à tout le moins, un endroit pour compléter leur formation.

Après cela, plusieurs doivent être patients et occuper des postes variés avant de pouvoir aspirer à une relative stabilité. Encore là, rien de nouveau car cette réalité existe depuis un bon bout de temps. Par conséquent, la situation n’est pas toute rose mais elle est loin de se qualifier dans la catégorie des inquiétantes.

Maintenant que j’ai précisé ce point, revenons à votre question. Qu’en est-il des perspectives d’emploi pour ceux et celles qui se dirigent vers le notariat ?

Je tiens à souligner que je reçois rarement des mandats pour des postes à combler ciblant spécifiquement des notaires. Par conséquent, ma connaissance du marché n’est probablement pas aussi bonne qu’en ce qui concerne la situation des avocats.

Par contre, je rencontre régulièrement des candidats qui sont des notaires et qui souhaitent postuler sur des postes d’avocats, ce qui fait en sorte que je suis amené à me pencher sur leur réalité et leur cheminement de carrière.

Mon premier constat est qu’il y a moins d’ouvertures pour les notaires que pour les avocats mais il y a aussi moins de candidats. J’aurais donc tendance à croire que la proportion de notaires sans emploi et relativement similaire à celle des avocats dans la même situation.

La différence majeure se situe cependant au niveau du type de postes disponibles. La majorité des notaires pratiquent en société nominale ou en petit cabinet et sont appelés très tôt dans leur carrière à voler de leurs propres ailes en termes de clientèle.

Vous me direz certainement que plusieurs jeunes avocats font face à la même situation et doivent partir à leur compte dès la fin de leur stage. J’en conviens mais si on compare les proportions, le ratio notaire à leur compte sur l’ensemble des notaires est beaucoup plus élevé que celui des avocats à leur compte sur l’ensemble des membres du Barreau.

Il faut aussi tenir compte du fait que tous les postes occupés par des avocats mais n’exigeant pas d’être membre du Barreau pourraient hypothétiquement être occupés par des notaires. Par contre, à tord ou à raison, les employeurs ont tendance à privilégier les membres du Barreau face à leurs confrères du notariat.

Donc, si les perspectives semblent similaires, la diversité des options fait pencher la balance en faveur des avocats si votre planification de carrière exclut la pratique privée en petit cabinet ou à votre compte. Ce qui m’amène à conclure que si vous êtes plus confortable dans un poste de salarié, vous avez plus de chance de trouver votre compte en temps que membre du Barreau.

Tandis que si vous êtes confortable avec une rémunération variable et avez un tantinet le sens des affaires, vos perspectives d’emploi en notariat sont aussi bonnes que celles que vous auriez comme avocat.

J’espère que ma réponse pourra vous aider et je vous souhaite un excellent début d’année.

La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.


Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.