Question :

Bonjour Monsieur Arcand,

Je considère faire des études supérieures juste après le Barreau. On m'a pourtant mis en garde à quelques reprises quant au risque que cela pouvait engendrer.

À entendre ces personnes, les cabinets pourraient être moins enclins à me prendre en stage par la suite car j'aurais possiblement perdu une partie des connaissances acquises pendant mes études.

Qu’en pensez-vous ?

Réponse :

Cher lecteur,

Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Dans un premier temps, des études supérieures sont rarement une mauvaise chose mais encore faut-il se poser certaines questions et être conscient des impacts d’une telle démarche sur votre carrière. Mon premier réflexe serait de vous suggérer d’attendre après votre stage avant d’entreprendre vos études supérieures et ce pour trois raisons.

La première est purement mercantile : assumant que vous terminez présentement votre formation à la faculté et que vous pourriez commencer votre stage sous peu, vous seriez éventuellement assermenté en 2015. Votre année de Barreau (2015) vous suivra pendant toute votre carrière et ce sera un critère important dans la détermination de votre rémunération. Si votre projet d’études supérieures implique une durée d’une année, ça ne fait pas beaucoup de différence mais si on parle de deux ou trois ans c’est une toute autre histoire.

La seconde raison est une question d’opportunité : si vous avez la possibilité de faire un stage immédiatement après la fin de votre formation, pourquoi risquer de perdre cette opportunité ? Faites vos six mois et débutez vos études supérieures par la suite. En plus de prendre moins de risques, vous aurez l’opportunité de vous faire des contacts dans des cabinets ce qui pourrait vous aider à trouver un emploi à la fin de vos études supérieures.

Troisièmement, le fait d’avoir une expérience de travail avant vos études supérieures, même si ce n’est que six mois, vous permettra probablement de mieux orienter votre choix d’études. Il n’est pas rare de voir des jeunes juristes réaliser, pendant leur stage, que le secteur dans lequel ils se dirigeaient n’est pas aussi stimulant qu’ils le croyaient, ou encore de découvrir un secteur du droit qui les intéresse et qui leur était inconnu avant le stage.

Voici la première partie de ma réponse; miantement, il faut aussi regarder la réalité en face. Avez-vous une offre de stage en poche ? Si la réponse est non, l’option d’entreprendre des études supérieures peut être intéressante mais je vous conseillerais un certificat ou encore une formation d’une durée relativement courte et ce, pour les raisons précédemment énoncées.

Le facteur de l’âge est aussi à considérer, par exemple, si vous avez présentement 21 ans et que vous ne vous sentez pas prêt à entrer immédiatement sur le marché du travail (Attention, je ne dis pas que les gens de 21 ans ne sont pas prêts….. je dis qu’il arrive à l’occasion que certains se sentent encore trop jeunes et qu’ils aient le goût de tripper encore un peu avant de commencer à remplir des feuilles de temps ).

Donc, vous avez 21 ans, peu d’obligations financières et que vous désirez poursuivre des études supérieures, pourquoi ne pas en profiter ? Par ailleurs, il existe, ou existait du moins, des bourses disponibles pour des études supérieures à l’étranger. Ça peut être une belle aventure aussi bien qu’une addition positive à votre curriculum vitae.

En conclusion, je vous suggérerais, si vous optez pour la poursuite d’études supérieures, de garder les yeux ouverts pendant ces études afin de ne pas manquer les opportunités de carrière qui pourraient vous intéresser. Il sera, dans bien des cas, possible de terminer votre formation à temps partiel si vous obtenez l’emploi de vos rêves à un moment inattendu.

J’espère que mes commentaires vous aideront dans vos choix et je vous souhaite bonne chance.

La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.


Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.