Me Sasha Ghavami a été assermenté le 17 décembre dernier. Crédit photo: Christian L-Dufresne
Me Sasha Ghavami a été assermenté le 17 décembre dernier. Crédit photo: Christian L-Dufresne
Assermenté le 17 décembre dernier, Me Sasha Ghavami est un jeune avocat ambitieux. En mai prochain, il s’associera à un avocat d’un grand cabinet pour lancer un petit bureau. Pour le moment, le juriste de 23 ans tient à taire le nom de son futur partenaire car aucune annonce officielle n’a encore été faite.

Il épaulera son associé qui, dit-il, compte 22 ans de pratique en matière de litige fiscal, tout en offrant des services dans des domaines de droit variés. « Je n'ai pas peur des défis, au contraire, j'en ai besoin pour sentir que je construis quelque chose », indique celui qui a été étudiant puis stagiaire chez Cain Lamarre Casgrain Wells à Montréal en litige civil, droit corporatif, droit du transport et droit du travail.

Un rêve de jeunesse

Me Sasha Ghavami en compagnie du joueur de football Laurent Duvernay-Tardif. Crédit photo: Antoine Deshaies
Me Sasha Ghavami en compagnie du joueur de football Laurent Duvernay-Tardif. Crédit photo: Antoine Deshaies
Le jeune homme à l’esprit entrepreneur compte une autre corde à son arc : il est aussi agent de footballeurs professionnels. Cette activité lui a permis de se faire un bon réseau de relations dans le milieu du sport, un atout qu’il entend mettre à profit pour développer sa pratique. « Je considère que j'ai un réseau de contacts bien établi pour quelqu'un de mon âge. J'aime aller à la rencontre des gens que ce soit dans le domaine des affaires ou du sport ».

Me Ghavami est un fervent amateur de sports professionnels : hockey, baseball, football, soccer. Son rêve de jeunesse de devenir agent de joueurs professionnels devient réalité lorsqu’il accepte en juin 2013 d’aider son ami Laurent Duvernay-Tardif à intégrer la Ligue Américaine de football (NFL).

« Au Cégep, on plaisantait sur le fait que s’il devenait joueur professionnel, je serai son agent », lance-t-il en souriant. En octobre 2013, le rêve rejoint la réalité: il obtient le certificat d’agent accrédité de la Ligue Canadienne de football (LCF).

Il représente aujourd’hui Jean-Christophe Beaulieu des Alouettes de Montréal, Michael Campbell ou encore Steven Clarke, et envisage de passer l'examen d’agent à la NFL.

Deux métiers qui se complètent

Laurent Duvernay-Tardif lorsqu'il évoluait avec McGill.
Laurent Duvernay-Tardif lorsqu'il évoluait avec McGill.
En tant qu’agent, Me Ghavami doit développer sa clientèle en allant chercher de nouveaux joueurs et négocier leurs contrats avec une équipe ou des compagnies commanditaires. Ces tâches, qui sont similaires à celle effectuées par un avocat, lui sont utiles pour la pratique du droit et développer ses habiletés professionnelles, explique-t-il.

« Je me sens plus à l'aise pour aller rencontrer des gens et négocier : je sais comment répliquer pour m'assurer que le joueur reçoive une rémunération à sa juste valeur. Cela implique beaucoup de recherche et de comparaison avec des joueurs de même expérience ou position ».

À l’inverse, les compétences en rédaction de contrats acquises durant son stage lui permettent aussi d'être plus confiant quand il est fasse à une convention. « Je dois notamment m’assurer que les contrats des joueurs respectent bien les clauses de la convention collective ».

Persévérance et créativité

Selon Me Ghavami, la persévérance est l’une des qualités principales que l’on retrouve autant chez l’avocat que l’agent de joueurs. « On n'a pas toujours les meilleurs joueurs au pays ; cela représente des défis car ce sont eux qui ont le plus besoin d’un agent. Il ne faut pas avoir peur de foncer. En droit, un dossier peut avoir des hauts et des bas ; il faut aussi rester persévérant ».

La créativité serait également une composante commune. « La négociation de contrats nécessite d’être capable de trouver des solutions, une façon de rapprocher les deux parties », précise l’avocat qui s’est tourné vers le droit en partie pour l’aspect résolution de « casse-têtes ».

Dépendamment des périodes de l’année, Me Ghavami consacre en moyenne dix heures par semaine à son activité d’agent. Conjuguer ses deux activités implique de bien gérer son temps. Il a d’ailleurs a fait le choix de limiter le nombre de joueurs qu’il représente afin de leur donner un meilleur service.

Et s’il peut allier ses deux passions, le droit et le sport, c’est que son futur associé l’encourage dans son objectif à long terme de développer une agence pour sportifs professionnels aux États-Unis. « Il trouve que c’est une excellente idée. C’était gagnant pour moi », conclut-il.