Question :

Bonjour,

Je suis présentement en recherche active d’emploi et je trouve bien souvent que nous sommes traités comme du bétail, rejetés cavalièrement, et que les employeurs et head hunter ne prennent même pas la peine de faire un suivi avec les candidats qui postulent.

Est-ce moi qui suis trop sensible ou y a-t-il un réel manque de respect parce qu’ils sont en position de force ?

Réponse :

Cher lecteur,

Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Vous n’êtes pas trop sensible mais il n’y a pas pour autant automatiquement un manque de respect de la part des employeurs et des recruteurs. Je suis conscient que certaines personnes se comportent comme des rois à partir du moment où ils ont le gros bout du bâton et cela arrive malheureusement trop souvent.

Cela se produit autant dans le cadre d’un processus de recrutement que dans certaines relations clients / fournisseurs ou citoyens / autorité. Par contre, il s’agit d’une infime partie des-dites relations et il ne faut pas conclure pour autant à la mauvaise foi de tous.

Si vous avez l’impression qu’il s’agit de la majorité des employeurs ou recruteurs qui agissent ainsi, c’est probablement parce que vous saisissez mal les règles ou coutumes appliquées à la quasi-totalité des processus de recrutement.

La principale règle, qui est appliquée par la grande majorité des employeurs, est que seules les candidatures répondant aux critères énoncés et suscitant un intérêt réel feront l’objet d’un suivi.

Pourquoi ? Parce qu’il est quasi impossible de répondre et faire un suivi avec chacun et ce, sans tenir compte des candidats qui vont remettre en question la décision de ne pas les retenir et vont tenter de plaider leur cause.

J’en profite pour vous souligner que s’il est bienvenu de s’informer des raisons motivant une refus faisant suite à une entrevue, ce n’est pas le cas à l’étape de la présélection. En plus, il y a de fortes chances que vous ne parliez pas à la personne détenant le pouvoir décisionnel, alors c’est peine perdue.

En plus de cette règle qui peut être source de frustration, il y aussi le fait que le processus par lui-même implique immanquablement une déception pour les candidats non retenus. C’est un processus éliminatoire qui entraîne une sélection et donc le rejet de candidats qui sont souvent excellents.

Il n’y a habituellement qu’un poste à combler et généralement plusieurs candidats qualifiés. La décision est prise en se basant sur des critères objectifs mais au final, des critères subjectifs ou de circonstances vont souvent faire la différence entre l’élu et les finalistes.

Vous devez être conscient que la loi du grand nombre joue en votre défaveur et que le fait de ne pas être retenu n’est pas synonyme du fait de ne pas avoir été apprécié.

Tout ça n’excuse pas un comportement cavalier comme vous le dites, le respect doit être une partie intégrante du processus sinon l’employeur se tire dans le pied. Il en découlera une mauvaise impression chez les candidats et, tôt ou tard, le mot se propagera et incitera de potentiels super stars à ne pas postuler chez cet employeur.

Ceci étant dit, je vous encourage à vous forger une carapace car le processus de recherche d’emploi est bien souvent un acte d’humilité très loin d’une partie de plaisir. Si parmi les lecteurs certains ne partagent pas ce point de vue, je leur souhaite que la vie ne fasse jamais en sorte qu’ils doivent modifier leur position mais il y a de fortes chances que ça se produise un jour.

Sur ce, j’espère que ma réponse pourra mettre un peu de baume sur vos plaies et je vous souhaite une bonne semaine.

La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.


Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.