5 bonnes raisons de quitter votre cabinet
5 bonnes raisons de quitter votre cabinet
Vous l’avez tous vécu au moins une fois : vous restez obstinément accroché à cet emploi qui ne vous plaît plus, à tel point que vous êtes devenu un professionnel malheureux. À moins que vous soyez en train de vivre l’inverse : vous avez quitté votre job trop vite, pour accepter un poste qui ne ressemble à rien à ce que vous espériez.

Savoir quand quitter son travail n’est pas une affaire facile. C’est même tout un art ! La première des leçons, selon Fast company, est de ne jamais quitter un bateau pour un autre avant d’être certain que le second soit assez solide pour ne pas couler. En d’autres termes, avant de prendre une décision de quelque nature que ce soit, il vous faut assurer vos arrières.

Vous avez fait tout ce que vous pouviez : Salaire confortable, hiérarchie souple, cabinet en vue… quelles que soient vos raisons pour y rester, vous n’osez pas quitter votre poste actuel. Ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas le seul. Pourtant, le meilleur moment pour quitter votre cabinet est précisément lorsque vous avez le sentiment d’avoir fait le tour du jardin ou d’être demeuré trop longtemps dans votre zone de confort. Vous n’avez plus la sensation de croître professionnellement, ou d’aider votre cabinet ou groupe de travail à le faire, ce qui n’est bon ni pour vous ni pour les autres. C’est là qu’il est temps de faire vos valises vers d’autres horizons plus inspirants.

Vos valeurs ne s’alignent plus avec celles du cabinet : Peu importe combien vous êtes éduqué ou talentueux, peu importe que vous crouliez sous le succès, la seule chose qui compte est votre intégrité quotidienne et la façon dont vous traitez autrui. Si lorsque vous rentrez chez vous le soir, vous n’êtes pas fier des décisions que vous avez prises au cabinet, considérez qu’il y a un problème. Les valeurs du cabinet et les vôtres, notamment éthiques doivent s’aligner. Si elles ne le font pas maintenant, elles ne le feront jamais.

Vos mentors supportent votre décision : Un bon mentor saura vous guider vers d’autres opportunités professionnelles. Essayez de vous fier à son jugement afin de ne pas prendre de décisions trop hâtives. En effet, votre mentor vous perçoit d’un point de vue extérieur, il n’est pas aveuglé par les émotions que vous même expérimentez. En conséquent, il va être capable de vous poser les bonnes questions (même les plus difficiles), et de soulever les incohérences de votre discours ou les mirages d’une situation donnée.

Vous ne faites pas le saut par orgueil ou pour l’argent : Cela ne signifie pas qu’une meilleure paie et un plus grand prestige ne sont pas des récompenses valables. Ce serait mentir que d’affirmer le contraire. En revanche, ils ne doivent pas être les seules raisons qui vous poussent à quitter votre cabinet. Ou tôt ou tard, vous finirez par le regretter.

Vous êtes motivé par un choix de carrière : En effet, plutôt que l’argent ou la gloire, c’est davantage votre plan de carrière qui doit motiver vos choix. Vous ne devez surtout pas agir par dépit, parce que votre emploi actuel vous ennuie ou que vous n’imaginez pas trouver de meilleur cabinet un jour. Fixez vous des objectifs de carrière bien précis et poursuivez les sans cesse sans les perdre de vue. Chacun de vos choix sera alors un pas de plus, plein de cohérence, vers ce que vous souhaitez devenir.