Marcel Aubut a remis sa démission
Marcel Aubut a remis sa démission
L’homme d’affaires québécois s’était retiré temporairement mercredi de ses fonctions le temps que le COC enquête sur les allégations de harcèlement sexuel.

Dans sa déclaration, M. Aubut s’est excusé «sincèrement auprès des gens que mon comportement aurait offusqués».

«Je suis conscient que, parfois, mon attitude a pu être perçue comme discutable auprès de certaines personnes de la gent féminine et avoir entraîné un sentiment de malaise. Je le réalise. Et je vais m'ajuster», a déclaré M. Aubut, vice-président du cabinet d'avocats BCF.

«Ces considérations font en sorte que j'annonce aujourd'hui ma démission à titre de président du Comité olympique canadien, auquel j'ai consacré les dix dernières années de ma vie et pour lequel je me suis battu avec toute mon énergie», a ajouté l’ancien président.

Selon des informations obtenues par TVA Nouvelles, la plainte déposée par une employée de la Fondation olympique canadienne aurait été retirée. La femme n'aurait pas obtenu de compensation financière contre le retrait de sa plainte. Le Comité olympique canadien n'a toutefois pas confirmé ces informations.

Rappelons que deux autres femmes, une avocate impliquée dans le sport, Amélia Salehabadi-Fouques, ainsi qu’une ancienne adjointe administrative de l’avocat, ont parlé publiquement de présumés comportements inappropriés de Marcel Aubut.

Marcel Aubut est d’avis que la situation actuelle «constitue une distraction majeure qui fait perdre de vue les véritables objectifs du COC, spécialement à la veille des Jeux de Rio».

«Elle menace maintenant le bon fonctionnement de l'organisation, dont les répercussions risquent de toucher, ultimement, les athlètes olympiques canadiens qui sont la raison d'être de notre entreprise et qui ont toujours été au cœur de mes préoccupations les plus chères et de mon engagement bénévole au sein du monde olympique», a-t-il ajouté.

Tout en assurant partir avec le «sentiment du devoir accompli», M. Aubut s’est dit heureux «d'avoir contribué à rehausser l'influence du Canada au sein du mouvement olympique international et de léguer à tous les Canadiens la Maison olympique, et ses anneaux, au cœur de Montréal».

Le COC a annoncé vendredi qu'il élargissait les enquêtes en cours, afin de savoir si d’autres personnes souhaitaient porter plainte à ce sujet.

Marcel Aubut a passé six ans à la tête du Comité olympique canadien.