Question :

Je suis actuellement étudiante en droit à l'Université de Montréal . La majorité des étudiants désirent participer à la course aux stages. Or, je sais qu'une très petite quantité de gens y seront recrutés.

Ayant une moyenne acceptable (principalement composée de B et de B+), je me demande quels sont les débouchés d'emploi possibles? Je sais que le marché est difficile pour le moment et je me demande s'il y a de la place pour tout le monde.

De plus, je suis une grande passionnée du droit de la famille. Y a-t-il de grands cabinets qui le pratiquent ? De surcroît, acceptent-ils des étudiants ayant un relevé de notes comme le mien ?

Merci de votre réponse.


Réponse :

Chère lectrice,

Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Vous vous demandez avec raison s’il y a de la place pour tout le monde pour les juristes en herbe. Cette question est récurrente et nous nous la posions déjà lorsque ma promotion est sortie de la faculté en 1995. Je dirais que la réponse est oui mais qu’une certaine « sélection naturelle » se produit quand même.

Les diplômés qui désirent réellement pratiquer le droit finissent presqu’immanquablement par faire leur place en quelque part, certains avec plus de difficultés que d’autres j’en conviens. D’un autre côté, beaucoup d’autres font leur droit dans une perspective moins ciblée et ceux-là vont probablement aboutir par choix dans des domaines en périphérie du droit.

Ceci étant dit, il ne faut pas confondre course aux stages et marché de l’emploi. La course aux stages donne accès aux stages en grands et moyens cabinets mais il existe une multitude d’autres options.

Très peu de futurs stagiaires seront recrutés lors de la course. La majorité trouvera son stage lors de la 3e année à la faculté ou pendant l’année à l’École du Barreau. Comme je le mentionne souvent, je trouve très important de participer à la course notamment pour son côté formateur mais si le résultat n’est pas positif, vous serez encore loin de la catastrophe.
Dans votre cas, c’est encore plus vrai si vous vous dirigez vers une pratique en droit familial. Bien qu’il y ait certains grands cabinets qui offrent ce service dont notamment chez Robinson Sheppard Shapiro ou j’ai eu jadis le bonheur de pratiquer, la grande majorité des juristes en droit familial pratique dans de plus petites structures.

Par conséquent, je vous conseille de participer à la course en ciblant plus spécifiquement les cabinets comptant sur un département ou quelques juristes œuvrant dans ce secteur mais soyez consciente que vous aurez amplement le temps de vous reprendre si le résultat n’est pas concluant.

Je vous suggère de maximiser vos chances de succès lors de la course en soulignant clairement aux cabinets visés votre intérêt pour le droit de la famille car certains pourraient avoir un processus différent pour les stagiaires destinés à ce secteur.

Pour ce qui est de votre dernière question concernant votre relevé académique, une moyenne de B / B+ ne vous ouvrira pas d’emblée la porte des grands cabinets mais si vous performez en entrevue vous pourriez recevoir une offre de stage.

Le relevé est un élément essentiel du processus de sélection mais il n’est pas le seul. L’ensemble de votre cheminement académique, professionnel et personnel sera évalué et votre prestation en entrevue, si vous êtes convoquée bien sûr, sera déterminante. Alors prenez votre courage à deux mains et lancez-vous dans l’aventure.

J’espère que ma réponse vous sera utile et je vous souhaite une belle semaine.

La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.

Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.