Me Ioanna Lianis pratique exclusivement en droit criminel et pénal au sein de son propre cabinet.
Me Ioanna Lianis pratique exclusivement en droit criminel et pénal au sein de son propre cabinet.
Ayant prévu que la première chose à faire ce matin était la rédaction de cette chronique, je me suis posée la question dès que je suis entrée dans mon bureau: est-ce que mon bureau me donne envie de m’y installer pour de longues heures ou s’il a plutôt un effet repoussant sur moi…

Je dirais qu’il a eu un effet plutôt neutre. Rien d’excitant donc. Alors, qu’est-ce que je peux améliorer pour en faire un petit coin paradis ?

Après réflexion et quelques recherches sur internet, j’en suis venue à cette liste de cinq astuces qui pourraient aider la réalisation de ce projet.

Conserver seulement les choses essentielles sur son bureau : Les choses essentielles sont les choses dont on se sert pratiquement pour le traitement de chaque dossier : ordinateur, crayons, agrafeuse, imprimante, etc. Ces outils devraient être accessibles en un tour de chaise. Tout ce qui ne sert pas aussi souvent devrait être caché dans des armoires, tiroirs ou classeurs. Bien plus facile de se concentrer sur la tâche à faire quand il y a moins de choses sur lesquelles détourner son attention.

Une chose dont je ne peux plus me passer : le petit tiroir intégré au bureau situé tout juste au-dessus des jambes. Rien de tel pour y mettre ses crayons, marqueurs, gomme à effacer, trombones, bloc-notes, etc. Facilement accessible et hors de vue !

Faire le ménage : Rien de tel que d’entrer dans un bureau propre qui reluit et sent bon. Un espace de bureau ne se salit pas autant et aussi rapidement qu’une cuisine, c’est certain, mais vider le bac à récupération et la corbeille à tous les jours, nettoyer la surface de travail et l’écran d’ordinateur au moins une fois par semaine n’est pas un luxe.



Peinturer les murs de la bonne couleur : Principe de base en décoration. Choisir sa couleur en fonction de la destination de la pièce. Pour un bureau, des couleurs chaudes et vives et un fini lustré sont à privilégier pour rendre son esprit plus dynamique. Dans un rapport publié par le professeur Cary Cooper, une sommité dans le domaine du bien-être et du stress au travail, j’ai pu trouver l’impact qu’avaient certaines couleurs sur la motivation, la productivité, l’inspiration, le bonheur, la créativité, l’enthousiasme et le sentiment de stress.

Si vous voulez être sûr de ne pas vous tromper, choisissez le blanc qui vous apportera presque tous les bienfaits énumérés (sauf le sentiment de stress; le gris qui a un effet calmant ou déprimant selon). Et pourquoi ne pas peindre un mur d’une autre couleur : le bleu pour la motivation, la productivité, le bonheur, la créativité et l’enthousiasme. Le jaune, le vert et le violet (ou aubergine qui est tendance mais dans sa teinte la plus vive !) seraient aussi de bonnes options.

Acheter des plantes : La fameuse plante verte sur le bureau. Beaucoup de personnes en ont une mais il faut croire que ce n’est pas tout le monde qui est porté à en mettre une car je dois vous avouer m’être déjà fait poser des questions sur la raison pour laquelle j’avais une plante sur mon bureau. Ce n’est pas qu’une question d’esthétique. Des études scientifiques ont démontré que les plantes nous rendent plus productifs, de meilleure humeur et réduisent notre niveau de stress. La plante verte peut s’avérer être un excellent choix à offrir en cadeau…

Avoir une vue sur la nature : Parce que la nature nous rendrait plus calme, heureux et motivés, quoi de mieux que d’avoir un bureau avec vue sur la mer ou la verdure. Mais comme la plupart d’entre nous avons plutôt vue sur d’autres immeubles ou même pas de fenêtre, il faut y aller avec des solutions de rechange : grande luminosité, mobilier de bureau en bois, plantes naturelles, roches, peinture et fond d’écran approprié.

Diplômée de l’Université de Montréal et membre du Barreau du Québec depuis 2007, Me Ioanna Lianis pratique exclusivement en droit criminel et pénal au sein de son propre cabinet. Avant de se lancer en solo en 2011, elle a complété un stage auprès de la juridiction criminelle et pénale, puis a travaillé pour le compte de diverses organisations, privée et gouvernementale, dans les domaines du droit criminel et pénal, du litige civil ainsi que du droit de la santé et de la sécurité au travail.

Elle œuvre à titre d’administratrice au sein de deux organismes sans but lucratif, Femmessor-Montérégie et Carrefour Le point tournant et anime aussi des ateliers d’initiation à la justice auprès d’élèves du secondaire pour Éducaloi.