Question :

Bonjour Monsieur Arcand,

La course au stage va avoir lieu au retour des fêtes et j'aimerais avoir une meilleure idée des avantages et inconvénients de travailler dans un cabinet national par rapport à un cabinet montréalais de moyenne dimension (entre 40 et 80 avocats).

Dans quel type de structure le jeune avocat serait-il appelé à développer le plus d'autonomie ?
Où aurait-il le plus de possibilité de développement des affaires ?

Dans quel cabinet le partnership arrivera en premier et sous quelles conditions ? Dans quel type de structure les résultats académiques auront plus d'importance au moment de l'embauche ?
La pratique est-elle plus diversifiée dans un grand ou un moyen cabinet ?

Merci.

Réponse :

Cher lecteur,

Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
C’est une question ou plutôt une analyse intéressante que vous me proposez. Je vais tenter d’en dresser les grandes lignes sans toutefois entrer dans les détails car j’en aurais pour la semaine.
Je débute donc avec trois prémisses importantes.

1- Tous les cabinets sont différents à certains égards, qu’ils soient grands, moyens ou petits. Ils sont formés d’individus qui ont leur personnalité et leurs priorités. Ce sont ces individus qui font la différence dans la vie d’un jeune praticien bien plus que la taille du cabinet.

2- Si la prémisse 1 réfère aux individus, la seconde quant à elle souligne l’importance des domaines ou groupes de pratiques. La pratique en droit du travail est différente de celle en transactionnel ou celle en assurances. Les cabinets qui ont plus d’un secteur de pratique comme c’est le cas pour les moyens et les grands cabinets, ont une gestion souvent décentralisée qui renforce les différences entre les groupes de pratique au sein du même cabinet. Ces différences influencent aussi la vie d’un jeune praticien.

3- Les tendances que je mentionnerai plus loin ne sont que cela, des tendances et non des principes régissant le fonctionnement des cabinets. Ne vous surprenez pas si ce que j’écris ne s’applique pas entièrement à votre cabinet.
Ceci étant dit, je reprends vos sous-questions et je précède d’emblée à chacune des réponses par la mention suivante : « sous réserve des prémisses ci-haut mentionnées ».

Dans quel type de structure le jeune avocat sera t-il appelé à développer le plus d'autonomie ?

De façon générale, les moyens cabinets ont plus de dossiers dans lequel les enjeux financiers ne requièrent pas la présence d’un associé ce qui peut favoriser le développement de l’autonomie chez le jeune praticien. D’un autre côté, dans les grands cabinets, un jeune touchera à des dossiers d’envergure lui permettant de développer une expertise pointue dans certains types de dossiers ce qui le rendra autonome rapidement sur ces aspects du droit.

Dans quel type de structure aura-t-il le plus de possibilité en développement des affaires ?

J'ai tendance à croire que ce sera dans un moyen cabinet, à tout le moins au début de sa pratique. Pourquoi ? Parce que les grands cabinets visent de plus en plus les gros dossiers et avec la mondialisation, ils semblent de moins en moins intéressés à servir les PME locales dans leurs besoins de tous les jours. Ils se concentrent sur les gros dossiers, les méga transactions, les gros clients corporatifs. Il n'est pas vraiment à la portée d'un jeune juriste de développer une clientèle auprès de ceux-ci.

En plus, la réalité des taux horaires rend difficile le développement de clientèle auprès de plus petits clients. Les moyens cabinets peuvent offrir un peu plus de latitude à ce niveau. J’ajoute un bémol, après un certain temps (5 à 10 ans de pratique) il est évident que le nom du grand cabinet pourra aider le juriste à attirer de gros clients mais en début de carrière, l’avantage va aux moyens cabinets.

Dans quel type de structure le partnership arrivera en premier et sous quelles conditions ?

Sauf dans certains secteurs de pratique, le partnership viendra avec la clientèle que le jeune juriste aura su développer. Devenir associé dans un grand cabinet nécessite une plus grosse clientèle donc le chemin de l’association peut être un peu plus long. Cependant, il faut comprendre qu’un salarié de 9 ans de Barreau dans un grand cabinet pourra avoir des revenus similaires ou même supérieurs à un associé de 9 ans de Barreau dans un moyen cabinet. Alors l'invitation arrivera plus vite au sein d'un moyen cabinet mais encore faut-il se demander pourquoi on désire recevoir ladite invitation.

Dans quel type de structure les résultats académiques auront le plus d'importance au moment de l'embauche ?

Clairement dans les grands cabinets. Pourquoi ? Parce qu’ils reçoivent une multitude de CV pour la course aux stages et par conséquent ils doivent tracer une ligne quelque part. Les moyens cabinets tracent également une ligne, elle se situe simplement à un endroit différent. De plus, les candidats ayant les meilleurs dossiers vont souvent recevoir et accepter des offres de stage dans un cabinet national. Les moyens cabinets doivent en tenir compte et courtiser des candidats qui leur sont plus accessibles.

La pratique est-elle plus diversifiée dans un grand ou un moyen cabinet?

De façon très générale, les avocats en grands cabinets sont plus spécialisés que ceux en moyen cabinet (mais il existe une multitude d’exception). Est-ce qu’être spécialisé va à l’encontre d’une pratique diversifiée ? Je ne crois pas que ce soit automatiquement le cas. On peut œuvrer dans un secteur ultra pointu mais dans des dossiers si complexes que chacun est différent. On va faire appel à vous dans les dossiers hors normes, donc diversifiés. Je crois qu’à ce niveau, c’est un match nul.

Voilà , j’espère que cette très brève analyse vous sera utile et je terminerais en vous suggérant de n’exclure aucun cabinet de votre course aux stages et ce, avant d’avoir pris la peine d'échanger avec les gens qui le représenteront lors des différentes activités de la course. Ça ne vous demandera pas tant de temps et peut-être que vous ferez de belles découvertes tout en faisant tomber vos préjugés.

Bonne semaine.

La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.

Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.