Me Sandrine Pernod-Boulanger possède une expertise en droit commercial, propriété intellectuelle et droit des technologies.
Me Sandrine Pernod-Boulanger possède une expertise en droit commercial, propriété intellectuelle et droit des technologies.
Pour ma dernière chronique de l'année, je pensais qu'il était de mise de parler de Noel- non pas des fêtes et du temps bien mérité en famille mais du point de vue du marketing de l'avocat.

Lorsque j'étais en cabinet, tous les ans à la même époque, je trouvais sur mon bureau une pile de cartes de vœux adressées aux clients du bureau pour leur montrer qu’ils étaient importants pour nous. Je m'attelais donc à la tâche pendant des heures et je gribouillais ma signature sur chacune des cartes, comme tous les autres membres du bureau.

Envoyer des Cartes de Noël fait partie de la routine de fin d'année pour la plupart des entreprises. Personnellement, je suis contente de recevoir des cartes vœux, cependant, je pense qu'il importe peu aux clients de revoir une carte de vœux de leur avocat...

A quelques exceptions près, ma relation avec mes clients est une relation avocat-client. Il s'agit d'une relation professionnelle et cela ne laisse pas forcément la place à autre chose. Même si aujourd'hui, l'époque des cartes envoyées par la poste est révolue et qu'il n'y a plus de temps perdu lors de ces interminables séances de signature, il existe, selon moi, bien d'autres façons de renforcer ma relation avec mes clients et qui feront qu'un client pensera à moi la prochaine fois qu'une question légale se posera pour lui.

Quand on y pense, la relation avec un client commence parce qu'il a besoin de quelque chose (typiquement, un conseil juridique). Alors pourquoi ne pas poursuivre sur cette voie : offrir une réponse à un besoin et non pas vouloir absolument vendre d'autres services. Il s'agit juste de se rendre utile.

Pourquoi ne pas écrire un article ou une brève newsletter sur un sujet qui peut les intéresser ?

C'est après avoir travaillé sur un cas précis et compliqué, que tout est très frais et clair dans ma mémoire. C'est à ce moment précis qu'il faut coucher ce que l'on vient d'apprendre dans un écrit. Il suffit ensuite de le publier sous forme de newsletter, blog, forum...



Il peut s'agir également de documents sous forme de questions/réponses, celles qui sont fréquemment abordées lors des rendez-vous ou des mandats.

Pour moi l'essentiel, c'est d'être utile à mes clients. C'est l'unique raison pour laquelle ils viennent ou reviennent consulter un avocat et qu'ils acceptent de payer des honoraires.

Si vous ciblez des besoins pratiques et que vous leur faites parvenir des newsletters après avoir reçu leur consentement, vous leur fournissez des conseils gratuitement et ils penseront certainement à vous quand ils auront besoin de conseils juridiques à l'avenir. Probablement davantage que s'ils reçoivent une carte de voeux qui clignotent à l'écran ou une bouteille de vin qui ne sera jamais un grand millésime pour des raison de budget ou de déontologie...

Ceci dit, je profite de cette chronique pour souhaiter à tous de belles fêtes de fin d'années et du succès dans tous vos projets.

Membre du Barreau du Québec et du Barreau de Paris, Me Sandrine Pernod-Boulanger possède une expertise en droit commercial, propriété intellectuelle et droit des technologies.

Après avoir pratiqué pendant dix ans comme conseillère juridique au sein de compagnies et pour le compte de cabinets privés, elle a décidé de démarrer sa propre structure de consultant en agissant comme conseillère juridique pour plusieurs de ses clients.

Me Pernod-Boulanger intervient pour des starts-up innovantes ou des compagnies déjà établies qui souhaitent développer et protéger leurs intérêts et valoriser leurs actifs au Canada et à l’international.