Me Mario Charpentier, associé directeur de BCF et diplômé de la faculté
Me Mario Charpentier, associé directeur de BCF et diplômé de la faculté
À l'issue de la session d'hiver 2016, des travaux de rénovation seront entrepris dans la nouvelle bibliothèque de la faculté. Dans le cadre de la campagne de financement, le cabinet BCF a annoncé qu'il ferait un don de 150 000$.

« L’Université de Sherbrooke a toujours partagé des valeurs et une vision du droit qui ressemblent au caractère de BCF. La faculté se dévoue à l’entrepreneurship et l’institution fait preuve d’audace et d’authenticité dans sa mission », a déclaré Me Mario Charpentier, associé directeur de BCF et diplômé de la faculté.

Le cabinet régional comptant de nombreux diplômés de la faculté, il a ajouté que la donation était aussi un moyen de remercier l'établissement et de souligner l'importance de la bibliothèque. « C’est un endroit privilégié pour se rassembler, apprendre et développer des méthodes de travail qui vont nous suivre toute notre vie. Pour réussir dans ce milieu, il faut lire puis relire sa jurisprudence, s’informer sur notre monde et acquérir des connaissances sur notre pratique (...) », a-t-il conclu.

Une étudiante en route pour l'Afrique du Sud

Sarah Shinder
Sarah Shinder
Diplômée du baccalauréat en droit et de la maîtrise en common law en droit transnational de l'Université de Sherbrooke, Sarah Shinder effectuera un stage à la Cour constitutionnelle sud-africaine à compter du mois de juillet 2016, indique le site de la Faculté de Droit.

Celle qui est actuellement étudiante à l'École du Barreau sera clerc auprès de l’honorable Bess Nkabinde, l’une des 11 juges qui siègent au sein de la juridiction. Elle rédigera des résumés analytique, étudiera des arguments et de la preuve, analysera les arguments des parties en fonction de la jurisprudence et de la doctrine et assistera les juges lors des auditions.

Pendant ses études universitaire, Sarah Shinder a suivi cours de droit constitutionnel avancé et participé à un procès simulé pancanadien en droit administratif et constitutionnel. Elle a également était stagiaire au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés à Washington D.C. lors de son deuxième cycle.

« Pour me préparer, je me sensibilise à l’histoire unique de l’Afrique du Sud et aux réalités auxquelles font face les Sud-Africains. C’est la différence qui ajoute la richesse à l’expérience! », a-t-elle déclaré.

Du financement pour un centre de recherche

Marie-Pierre Robert, professeure à la Faculté de droit et membre du SoDRUS
Marie-Pierre Robert, professeure à la Faculté de droit et membre du SoDRUS
Le Centre de recherche Société, Droit et Religions de l'Université de Sherbrooke (SoDRUS) vient d'être de nouveau reconnu comme centre de recherche de l'Université. Grâce à ce statut officiel, il bénéficiera d'un financement important pour les six prochaines années.

Créé en 2003, le SoDRUS se penche sur le pluralisme religieux au Canada. Il rassemble 13 chercheurs issus des facultés de droit, administration, lettres et sciences humaines. Parmi ses sujets d'études, on compte le port du voile intégral, la criminalisation de la polygamie, la neutralité religieuse et les mariages religieux.

« C’est une reconnaissance institutionnelle très importante pour le SoDRUS, qui récompense le travail qui a été fait dans les dernières années et qui lui permettra de s’épanouir davantage dans les années à venir » a déclaré Marie-Pierre Robert, professeure à la Faculté de droit et membre du SoDRUS.