Question

Je suis un étudiant en droit. Le français n'est pas ma langue maternelle et surtout je trouve que le programme de droit est difficile. Malgré mes efforts, mes résultats (GPA) sont loin d'être exceptionnels. Est-ce qu'il vaut la peine de poursuivre mon parcours juridique ou il vaut mieux de quitter ce domaine plus tôt possible et de chercher un autre domaine?

Merci beaucoup, mes salutations distinguées.

Réponse

Cher lecteur

Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
La réponse à votre question se trouve dans votre motivation initiale à débuter vos études en droit. Si, malgré des résultats moyens, votre motivation est encore présente et vous sentez que vous pouvez être heureux dans la pratique du droit. Vous n’avez aucune raison de vous décourager et renoncer à vos études.

Oui, je vante souvent les valeurs de la course aux stages et les avantages de débuter sa pratique en bénéficiant de l’encadrement d’un grand cabinet mais il est important de se rappeler que seule une minorité de gradués pourront en profiter. La grande majorité de ces derniers trouveront leur stage en 3ème année ou lors de leur année d’études au Barreau.

Ces stages de formation seront offerts par des moyens et petits cabinets, des entreprises, des organismes publics et parapublics ou par un des différents paliers de gouvernement.
L’accession à ces stages est beaucoup moins « élitiste » que ne l’est la course aux stages.

Votre cote GPA sera toujours un facteur considérée par les employeurs mais elle aura moins d’importance ou encore vous serez en compétition avec des gradués ayant sensiblement la même que vous. Beaucoup d’autres facteurs seront considérés, ce qui est aussi le cas pour la course aux stages mais lesdits facteurs sont considérés après avoir sélectionné les meilleurs dossiers académiques.

Parmi les facteurs qui pourront vous avantager, vous retrouverez notamment le fait que le français ne soit pas votre langue maternelle et qu’implicitement vous êtes apte à vous exprimer dans d’autres langues. Un actif qui pourrait s’avérer très intéressant pour certain type de pratique.

Il en va de même pour presque toutes les caractéristiques individuelles ou expériences de vie qui peuvent constituer le bagage d’un gradué de la faculté de droit.

Avoir fait du sport de haut niveau, avoir enseigné au primaire, avoir un BAC en génie ou en administration, savoir parler le langage des signes, avoir joué dans des ligues d’impro, avoir été monteur de lignes chez Hydro ou planteur d’arbres dans le nord. Tous ces éléments, qui meubleront éventuellement votre CV, auront un impact et pourront vous être utile dans votre propre course au stage.

Ne vous découragez pas et persévérez… Si ça peut vous remonter le moral, dites-vous qu’après 3 à 5 ans de pratique, plus aucun employeur ne vous demandera votre relevé académique.

Votre cote GPA, aujourd’hui si importante, sera le dernier des soucis des gens qui vous verront en entrevue dans 5 ans. Je pourrais terminer en vous identifiant de nombreux confrères qui avaient des résultats très moyens à la faculté et qui, aujourd’hui occupent des postes très enviés. Ceci étant dit, la moyenne tant à démontrer que l’effort académique porte habituellement ses fruits.

Bon courage et bonne semaine.

La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.

Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.