Question:

M. Arcand,

Je suis avocate et Barreau 2005. Pour des raisons familiales, j’ai quitté la pratique privé il y a trois ans afin de me consacrer à mes enfants. Je désire maintenant réintégrer le marché du travail mais il ne semble pas y avoir beaucoup de cabinets intéressés par ma candidature.
Que me suggérez-vous ?

Réponse:

Chère lectrice,

Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
La réinsertion dans le marché du travail après 3 années d’arrêt est toujours pénible et ce, peu importe la raison ayant motivé la décision d’arrêter. Aussi louable que puisse être votre choix, les employeurs ne vous engageront pas pour votre dévouement maternel, pas plus qu’ils ne vous refuseront pour les mêmes raisons.

Les employeurs voient en vous une candidate de plus de 10 années de Barreau qui n’a pas touché à un dossier de nature juridique depuis 3 ans, qui n’est pas la plus carriériste qui soit et qui n’a de toute évidence aucun client. Si vous posez votre candidature dans un cabinet privé, ces caractéristiques ne seront pas les plus vendeuses.

Il vous faut faire en sorte de minimiser ces facteurs, ce qui peut s’avérer difficile mais pas impossible. Vous devez mettre l’emphase sur les aspects positifs de votre profil tel que vos exigences au niveau de la rémunération, le fait que vous ne repartirez pas en congé de maternité ou encore que vous êtes disponible pour un poste de remplacement temporaire.

Évidemment on n’inclut pas ces éléments dans un curriculum alors il vous faut parler avec les employeurs. Comme je dis à tous les gens en recherche d’emploi, votre premier geste devrait être d’avertir votre réseau afin de voir si quelqu’un ne connaîtrait pas quelqu’un qui pourrait avoir besoin d’aide.

Par réseau, je pense à vos amis bien évidemment mais encore plus à vos collègues de 2005 à 2012. Ces gens qui vous ont vu pratiquer, ces gens qui savent de quoi vous êtes capable et qui bien souvent pratiquent dans le domaine de droit dans lequel vous avez de l’expérience. Ils sont votre meilleure chance de réintégration.

Ce qu’il faut avoir en tête c’est de remettre un pied dans la porte… ou sur le marché du travail, peu importe l’endroit ou les conditions. Alors vous devez faire preuve de flexibilité à tous les niveaux. Si vous visez la pratique privée, offrez de travailler comme consultante externe au début ou à contrat de courte durée pour un dossier précis. Soyez ouverte à une rémunération en fonction des heures facturées et payées afin de minimiser le risque économique de l’employeur.

Placez-le devant une situation gagnant-gagnant. Votre aide ne lui coûtera rien et ça l’aidera à mieux servir ces clients, en plus, il fera des profits sur vos heures travaillées. Ce n’est pas l’idéal pour vous mais comme je ne mentionnais, l’important c’est de recommencer à être professionnellement active et ensuite vous pourrez songer à améliorer votre sort.

Si vous visez un poste en entreprise, surtout les grosses, votre flexibilité aura plus ou moins d’attrait mais une PME pourrait y trouver son avantage. Encore là, débuter avec les gens que vous connaissez comme par exemple les clients que vous avez servis de 2005 à 2012. Contactez-les tous, qu’ils annoncent un poste à combler ou non. Ça ne vous coûte rien d’essayer et on ne sait jamais ce qui peut en ressortir.

Finalement, soyez patiente et persévérante. La recherche d’un nouvel emploi n’est facile pour personne, à plus forte raison pour quelqu’un ayant été loin du marché pour un bout de temps.

J’espère que ma réponse vous sera utile et je vous souhaite sincèrement de vous retrouver quelque chose rapidement

La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.

Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.