Question:

Monsieur Arcand,

Je viens de recevoir mon évaluation - j'ai travaillé fort mais le groupe de droit des affaires n'a pas performé - bref je suis non-equity partner dans un grand bureau et ma rémunération a reculé - que faire et suis-je le seul à Montréal?

Réponse:

Cher lecteur,

Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Il est quand même assez rare qu’un salarié ou un associé sans participation voit sa rémunération revue à la baisse. Il faut d’abord préciser ce que vous entendez par le fait que votre rémunération ait reculé.

La rémunération des associés sans participation est souvent composée d’une rémunération de base assortie d’une petite participation au profit du cabinet ou du département. En entreprise on appellerait cette participation un bonus à la performance.

Ce qu’on voit habituellement lors de moins bonnes années, c’est que les bonus sont moins importants et par conséquent la rémunération globale de chacun recule. Est-ce votre cas ? Si oui, je vous dirais que c’est quand même assez fréquent, tant en entreprise qu’en cabinet et qu’il n’y a pas grand-chose que vous puissiez y faire. À part peut-être avoir une discussion avec l’associé responsable afin de mieux comprendre les faits ayant créé la présente situation.

Si c’est plutôt votre rémunération de base qui a diminué, il s’agit d’un cas beaucoup plus rare. Diminuer le salaire d’un employé correspond à l’envoi d’un message clair : « nous ne sommes pas satisfait de votre rendement ». J’utilise le terme employé parce que la situation d’un associé sans participation est similaire à celle d’un employé qui aurait un titre prestigieux et un statut fiscal avantageux

Que faire si c’est bien votre cas ? Demandez une rencontre avec l’associé responsable ou encore avec le comité de rémunération si votre cabinet en a un, ce qui est probable. La première question à leur poser : Y a-t-il une procédure établie pour les demandes de révision de la rémunération ? La majorité des cabinets en ont une et elle débute habituellement par une rencontre avec ledit comité de rémunération.

Entamez cette démarche de la façon la plus sereine possible. Il ne faut pas adopter une attitude belliqueuse ou être en mode confrontation. Il s’agit d’une demande visant à vous permettre de mieux comprendre la situation et à expliquer votre point de vue. Il vous faut aussi y aller avec un objectif de compréhension et non de revendication.

Il y a bien peu de chances que vous ayez gain de cause et obteniez un ajustement sauf si une erreur de calcul est survenue dans le processus. Ceci étant dit, il est fort probable que vous en retiriez un bénéfice l’année suivante si vos représentations trouvent une oreille amie au sein du comité.

Mais avant de commencer cette démarche, préparez vous à l’éventualité qu’on vous dise que vous n’êtes plus un rouage essentiel au sein du cabinet ou encore que les associés ne sont pas heureux de votre rendement. Comme je l’ai mentionné précédemment, une diminution de la rémunération est habituellement un message clair.

Aussi négatif que peut l’être ledit message, il faut savoir affronter la réalité en face et non se mettre la tête dans le sable. Si vous n’êtes plus dans les bonnes grâces des associés, vous avez tout intérêt à le savoir le plus tôt possible afin de corriger la situation ou encore commencer votre recherche d’emploi.

Je le dis souvent, il faut toujours être assis dans la bonne chaise tant pour son propre bonheur que pour son avenir à long terme au sein du cabinet. Or, ladite chaise peut-être occupée par quelqu'un d'autre ou encore inexistante dans votre cabinet. D'un autre côté, la même chaise peut être vacante dans un autre cabinet qui lui vous accueillera à bras ouverts. Alors il ne faut pas se décourager mais plutôt prendre le taureau par les cornes et faire face à la situation.

Je termine en vous soulignant que dans tous les cas et peu importe votre statut au sein du cabinet ou d’une entreprise, il ne faut pas hésiter à poser des questions afin bien comprendre l’évaluation que vos supérieurs font de vous et comment ils en arrivent à déterminer votre rémunération. Il s’agit simplement de la faire de façon la plus diplomatique possible d’éviter d’envoyer un message négatif tout en faisant valoir vos arguments.

J’espère que ma réponse vous sera utile et je vous souhaite une bonne semaine.

La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.

Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.