Me Éric Beauchesne, président de Jolicoeur-Lacasse
Me Éric Beauchesne, président de Jolicoeur-Lacasse
Chaque année, la Société canadienne du cancer forme une gang de « sauteurs » en parachute pour soutenir sa cause. Cette année, Me Éric Beauchesne, président de Jolicoeur-Lacasse, s’est lancé dans le défi.

« Je suis déjà administrateur pour la société, souligne Me Beauchesne. Depuis 6 ou 7 ans, une brigade de sauteurs est recrutée et cette année, je me suis proposé. On s’engage à amasser des dons et je crois avoir largement dépassé mon objectif! »

Si la cause lui tient à coeur, c’est pour la place que prend désormais le cancer dans la société. « Ça nous touche à différents degrés : famille, collègues de travail… Au moment où je signais ma lettre de motivation pour la cause, j’apprenais qu’un de mes collègues était touché. » Cette omniprésence de la maladie lui donne l’envie de s’impliquer encore plus pour ramener des fonds pour la recherche, la prévention ou le soutien aux proches, qui font partie des missions de la Société canadienne du cancer.

L’idée du saut en parachute est celle du saut dans le vide, à l’image d’une personne apprenant un diagnostic de cancer. « Nous sautons en tandem, remettant notre vie entre les mains d’une personne, comme on devrait le faire avec un médecin », souligne Me Beauchesne.

Grand habitué de la plongée, Me Beauchesne dit aborder avec sérénité son saut. « Ce sera dans le même sens », sourit-il. Mais dans un autre élément. Il « plongera » le 12 août si le temps est clément. Trifluviens, levez la tête, vous pourriez l’apercevoir!