« Je suis arrivé 9e à la sélection en regagnant deux places, alors je suis satisfait, souligne l’aspirant avocat.
« Je suis arrivé 9e à la sélection en regagnant deux places, alors je suis satisfait, souligne l’aspirant avocat.
La semaine dernière était riche en émotions pour Patrice Labonté. Il a quitté momentanément son fauteuil d’étudiant d’été chez Davies pour rejoindre le championnat canadien d’athlétisme qui aurait pu le qualifier pour les Jeux Olympiques de Rio.

« Je suis arrivé 9e à la sélection en regagnant deux places, alors je suis satisfait, souligne l’aspirant avocat. Je suis encore jeune, dans ma discipline la maturité s’atteint vers 27-29 ans alors mon vrai objectif sera les JO de Tokyo en 2020. »

Le meilleur des deux mondes

À 23 ans, Patrice Labonté a un agenda digne d’un ministre. Il se lève sur les coups de 5 heures du matin pour s’entraîner, avant de rejoindre le cabinet Davies. Lorsqu’il le quitte en fin de journée, il repart à l’entraînement. Le cabinet le soutient fortement dans la cohabitation de ses deux passions.

À 23 ans, Patrice Labonté a un agenda digne d’un ministre.
À 23 ans, Patrice Labonté a un agenda digne d’un ministre.
« Pour le moment ça va bien, estime-t-il. Tant que j’arrive à réaliser mon travail dans les délais, il n’y a pas de restrictions quant à la manière dont j’organise mes journées. Ça me permet d’avoir le meilleur des deux mondes! »

Un gamin « chialeux »

Mener de front une carrière d’avocat et de champion de 3000m Steeple Chase, sa discipline phare, est son objectif numéro 1. Excellent étudiant, Patrice Labonté s’est tourné vers le droit parce qu’il a toujours eu, assure-t-il en riant, « un goût prononcé pour la justice. J’étais un gamin qui chialait pour que les règles soient respectées. »

Il revient de Genève, où il a suivi un certificat en droit transnational et rejoindra bientôt l’UdeM pour une année de maîtrise en droit des affaires. Son prochain stage l’attend déjà chez Davies.