Sophie Audet est coach d'affaires
Sophie Audet est coach d'affaires
Amélie est une jeune avocate qui pratique le droit commercial au sein du contentieux d’une entreprise montréalaise.

Sophie Audet, coach professionnelle, l'assiste dans le développement de son leadership et répond aux questions qu’elle se pose quand elle est mise en difficulté dans le cadre de situations professionnelles.

A: Coach
De: Amélie
Sujet : « Overachieving »
Date: 1 er septembre 2016 – 10 : 53

Allo Coach,

J’espère que tu vas bien.

Tout d’abord, merci pour ta rétroaction sur la façon d’articuler un « elevator pitch ». Tes conseils m’ont été très utiles pour mes activités de réseautage des dernières semaines. J’ai constaté que c’est plus facile pour moi lorsque je ne suis pas terrifiée par mon interlocuteur… J

Aujourd’hui, j’aimerais avoir tes lumières quant à une conférence à laquelle j’ai récemment assisté.

Cette conférence intitulée « The destructive potential of overachievers » m’a troublé considérablement.

Je me suis toujours considérée comme une « overachiever ». J’ai grandi dans un milieu où on attendait cela de moi. Mon baccalauréat en droit à mcgill, ma course au stage et mes premières années en grand cabinet n’ont rien fait pour me décourager de cette voie…

Par ailleurs, le travail de coaching m’a également encouragé à me lancer des défis ambitieux et à me dépasser.

Je suis donc un peu confuse quant à la façon de me positionner par rapport à ce que je considérais jusqu’à présent comme un atout.

L’hyperperformance est-elle un atout ou un enjeu?

Ciao et merci d’avance!

Amélie

A : Amélie
De : Coach
Sujet : Anatomie de l’hyperperformance
Date: 1 septembre 2016 – 18 : 02

Bonjour Amélie,

L’hyperperformant ou « overachiever » est animé d’un grand dynamisme et d’un besoin constant et insatiable de réalisation. Bourreau de travail, ses actions sont orientées en fonction du but à atteindre. Il est déterminé, possède une grande capacité d’accomplissement et excelle généralement dans ce qu’il entreprend.(1)

Il va sans dire que ce genre de profil est très recherché par les organisations. Ce talent est très fréquent chez les avocats ainsi que chez les cadres et entrepreneurs.

L’hyperperformance n’a rien de mal en soi.

Il s’agit d’une l’expression du besoin de réalisation de soi, un des cinq besoins fondamentaux de la pyramide de Maslow.

La capacité à se fixer des buts ambitieux et de les réaliser est même un des cinq piliers du bonheur selon le modèle du père de la psychologie positive Martin Seligman.(2)

Comme pour beaucoup de choses, le nerf de la guerre se situe au niveau de l’équilibre.

Quels sont les défis de l’hyperperformant? Comment limite t’il son potentiel? De quels processus de sabotage doit il se méfier ? Voici ses principaux enjeux :

i) Tendance à être coupé de ses émotions et de celles des autres : L’hyperperformant trouve sa raison d’être et son estime de soi dans sa performance et ses réalisations. Se concentrant essentiellement sur les signes extérieurs de réussite, il peut donc avoir tendance à être coupé de ses émotions et de celles des autres. Cette difficulté à rester connecté à lui même et aux autres constitue un obstacle à son leadership. Voir l’excellent article sur le sujet publié par le Harvard Business Review. (3)

ii) Insatisfaction, workaholisme et épuisement : L’hyperperformant doit apprendre à vivre avec le sentiment d’insatisfaction qui est la source de son énergie et de sa détermination.

S’il n’y fait pas attention, ce sentiment d’insatisfaction le poussera à travailler continuellement, l’éloignant ainsi de ses besoins affectifs et relationnels. Ceci peut le conduire à l’épuisement.(4)

iii) Ego surdimensionné: Trouvant sa valeur dans sa performance et ses réalisations, l’hyperperformant se préoccupe de l’image qu’il projette et de son statut social. Il réussit généralement à masquer son manque d’assurance et à faire bonne figure.

Il a de la difficulté à accepter ses erreurs et à se remettre en question. En situation de stress, il peut avoir tendance à vouloir dominer, à faire preuve de vantardise pour être admiré ou à dévaloriser et mépriser les autres.

iv) Tendance à tourner les coins ronds Enfin, l’hyperperformant peut être tellement focalisé sur le résultat qu’il veut atteindre et sur sa réussite, qu’il peut avoir tendance à tourner les coins ronds.(5)

Comment aider l’hyperperformant à demeurer en équilibre et à ne pas tomber dans le sabotage ? Voici quelques pistes :

i) Intégrer des «Wake up Calls »

Pour éviter le sabotage de son talent, la première chose que l’hyperperformant peut faire est de demeurer attentif aux tous premiers signaux de déconnection à lui-même.

Un moment crucial est l’instant exact où il se met en « mode production » au début de sa journée de travail. Se sent-il comme un athlète de sprint sur un bloc de départ ? Est-ce vraiment utile ? Est-il perdu dans ses pensées ? Est ce vraiment nécessaire d’être aussi tendu ? Pourquoi ne pas essayer d’accomplir les tâches de sa journée en restant relax et léger ?

Une autre stratégie est de mettre une alarme de cellulaire à un moment dans la journée pour faire un « check in ». Est-il complètement perdu dans ses actions ? Comment peut-il ralentir un peu ? Écoute t-il les autres ? A t-il tendance à les interrompre ? Traite t-il les gens autour de lui comme des objets ou des numéros ? Est-il condescendant ou méprisant ? Que pourrait il apprendre ou développer en l’étant un peu moins ? A t-il du fun présentement? Que peut il faire pour en avoir plus ?

Se connecter à ses sensations physiques durant ce « check in », ne serait-ce que quelques secondes peut faire une énorme différence. (6)

La pratique du Mindfulness et de la méditation est particulièrement utile pour l’hyperperformant Elle lui permet d’atteindre le calme mental et de se reconnecter à lui-même.

ii) Compléter sa liste de « to do » par sa liste quotidienne d’accomplissements

Pour contrer sa tendance à être orienté vers l’action et vers le futur, une stratégie puissante est de prendre quelques minutes en fin de journée avant de quitter le bureau afin d’élaborer une petite liste de ses accomplissements quotidiens. Il ne s’agit pas ici de faire cette liste pour se débarrasser mais de prendre le temps de ressentir de la satisfaction ou de la fierté pour ce qui a été accompli.

À cet égard, ces questions peuvent faire toute la différence : De quoi est-il le plus fier ? Pourquoi ? Quel a été sa contribution dans les dossiers dans lesquels il a travaillé ? Comment a t-il fait la différence ? Qu’a t-il aimé le plus ? Pourquoi ?

Cet exercice est une pratique de gratitude. Ceci permet de réduire les pensées négatives, de favoriser le mieux être, d’augmenter l’enthousiasme, d’améliorer le système immunitaire et de diminuer la pression sanguine.(7)

iii) Développer son leadership personnel et interpersonnel

On ne naît pas leader.

Cette aptitude à influencer les autres dans la réalisation et la réussite de projets partagés est un art qui se développe.

Pour que l ‘hyperperformant puisse assumer son ambition avec aisance et fluidité, il lui est indispensable de développer son leadership.

Cette démarche implique d’apprendre à mieux se connaître, à développer son intelligence émotionnelle, à mieux se gérer, à développer l’écoute active, à communiquer efficacement avec ses collègues et collaborateurs et à apprendre à gérer les confits.

L’hyperperformant a certains atouts en matière de leadership, notamment quant à sa capacité à réaliser des objectifs ambitieux. Par contre, beaucoup d’entre eux peuvent être carrément toxiques pour leur environnement.

Il n’en tient qu’à eux d’utiliser toutes les ressources et les outils qui sont à leur disposition pour investir en eux-mêmes afin de tirer pleinement profit de leur talent.

C’est ainsi qu’ils donneront envie aux autres de marcher dans leur sillon.

Ton coach

A : Coach
De : Amélie
Sujet : Merci !
Date: 2 septembre – 9 :16

Allo Coach,

Merci pour ce feed back. Je me reconnais beaucoup dans ce qui précède. J’adore tes suggestions. On en reparle lors de notre rencontre de mardi.

Merci encore!

Amélie

Un coach professionnel est une personne bien placée pour vous aider à développer votre leadership personnel.

Pour plus d’information, Consulter mon site web à www.sophieaudet.ca . Suivez moi sur Facebook.

(1) Inspiré de la description du talent « Achiever » du Strengths Finder de Gallup.
(2) (2) Professeur de psychologie à L’Université de Pennsylvanie et un des pères fondateurs du domaine de la psychologie positive , Martin Seligman a également été à la tête de l’association américaine des psychologues. Pour plus de détails sur les cinq piliers du modèle de Martin Seligman, voir son livre Flourish
(3) https://hbr.org/2006/06/leadership-run-amok-the-destructive-potential-of-overachievers

(4) Positive Intelligence, Shirzad Chamine,
(5) Voir note 3
(6) Voir note 4
(7) Counting Blessings Versus Burdens: An Experimental Investigation of Gratitude and Subjective Well-Being in Daily Life
Journal of Personality and Social Psychology