Me Jocelyn Beaudoin rejoint le Groupe Loyer, cabinet d'avocats
Me Jocelyn Beaudoin rejoint le Groupe Loyer, cabinet d'avocats
Me Jocelyn Beaudoin vient de rejoindre le Groupe Loyer, cabinet d'avocats situé à Bromont, après y avoir fait son stage de la formation professionnelle. Il y exercera principalement en droit du travail, notamment en matière de conventions collectives, et en droit civil et commercial.

« La principale place d'affaires est située près de chez moi. C'est une région que je connais et que j'aime! » déclare-t-il à Droit-inc. Mais surtout, Me Beaudoin a remarqué l'expertise particulière du cabinet. Celui-ci compte notamment dans ses rangs une spécialiste des relations du travail qui, sans être avocate, est une alliée précieuse dans les dossiers concernant la gouvernance d'entreprise. « De plus, en matière de conventions collectives, Me Loyer offre la meilleure expertise de la région. C'est très enrichissant pour un jeune avocat de bénéficier de cette expérience! »

Mieux, dit-il, le bureau est situé dans une maison patrimoniale âgée de 140 ans, de la ville de Bromont. Elle est occupée conjointement avec un cabinet de comptables qui font de bons partenaires d'affaires pour des juristes, indique l'avocat.

Impliqué en politique

En 2014, Me Beaudoin s'est présenté comme candidat aux élections provinciales sous la bannière d'Option Nationale. L'année suivante, il prenait les couleurs du Bloc Québécois aux élections fédérales. S'il quitte pour l'instant la politique, il croit malgré tout refaire le saut dans plusieurs années. « Après dix ou quinze ans dans le domaine, j'ai l'impression qu'on en viendrait à perdre nos convictions et que le but est simplement de se faire élire ou réélire. Je quitte donc avant d'en être à ce stade! » déclare-t-il.

Pour le moment, Me Beaudoin fait donc avancer sa carrière de juriste tout en complétant sa maîtrise en protection du territoire agricole à l'Université de Sherbrooke, où il a également fait ses études de droit. Dans une vingtaine d'années peut-être, il retournera en politique, mais il n'en est toujours pas certain.

S'il a choisi le droit du travail, c'est à cause du grand côté humain qu'il y trouve. « Dans ce domaine, le droit devient un outil pour la bonne gouvernance interne des entreprises, et c'est ce qui me plaît », résume-t-il.