Question :

Je suis un étudiant de 2eme année mais j'ai déjà 29 ans. J'ai travaillé dès l'âge de 18 ans avant de retourner terminer mon DEC. Je vais faire la course aux stages cet hiver et j'aimerais savoir si j'ai des chances considérant mon âge. J'ai une moyenne de 3.4...Qu'en pensez-vous?

P.S.: je cherche un stage dans un moyen ou grand cabinet dans le domaine de droit des affaires/corporatif (propriété intellectuelle, faillite ou fiscal).

Réponse :

Cher lecteur,

Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Votre situation n’est pas exceptionnelle car presque tous les candidats aux stages ayant un profil atypique font face au même problème. Un candidat plus âgé et ayant de l’expérience représente un risque accru pour les grands cabinets. Le risque se situant principalement au niveau de l’adaptabilité afin de bien s’intégrer à l’équipe en place.

Je ne prétends pas que les cabinets sont fermés à l’idée de prendre un stagiaire plus âgé mais disons qu’ils sont réticents à le faire. Il faut clairement que le candidat offre des aspects particuliers qui justifient la prise de ce risque, ce qui n’est pas toujours le cas. Les excellents candidats sont nombreux et les grands cabinets sont la destination visée par la majorité d’entre eux.

La compétition entre les candidats est forte et les équipes de recrutement ont l’embarras du choix alors il ne faut pas se surprendre de les voir faire des choix conservateurs. Pourquoi prendre un risque avec un nouveau produit lorsqu’on peut se procurer l’équivalent chez un compétiteur qui a fait ses preuves?

Nous pourrions passer des heures à argumenter sur le bien fondé ou non de cette présomption de risque accru mais ça ne changerait rien à la réalité. Les employeurs qui visent à recruter un candidat, tant un stagiaire qu’un associé ou un vice-président, dressent toujours un portrait robot du candidat recherché, par la suite il est rare qu’ils changent d’idée même pour un candidat exceptionnel.

Ceci étant dit, il est effectivement recommandé de dresser un tel portrait avant de débuter tout processus de recrutement. On diminue ainsi les chances de faire un choix émotif et non pertinent mais par la même occasion on écarte automatiquement de bons candidats ne correspondant pas au portrait dressé.

Que faire lorsque vous êtes l’un de ces candidats ? Ça ne vous coûte rien de tenter votre chance lors de la prochaine course aux stages alors allez-y. Restez cependant réaliste quant à vos chances de succès. Si cela ne s'avère pas concluant, acceptez la réalité et vous aurez d'autres opportunités en 3eme année, au Barreau, pour trouver un stage dans un moyen ou petit cabinet.

Un stage dans un grand cabinet est très formateur et permet d’ouvrir de nombreuses portes par la suite mais un stage dans une plus petite équipe n’est pas une mauvaise option pour autant, à plus forte raison pour un candidat ayant votre profil.

Vous avez de l’expérience et probablement un réseau de contacts, ce sont des atouts précieux pour des petits cabinets ayant peu ou pas de structure d’encadrement de stagiaires. De plus, dans cet environnement vous auriez plus d’autonomie et d’opportunités de développer votre clientèle (principalement parce que votre taux horaire serait plus accessible à de nouveaux clients). Oui, vous ne participerez probablement pas aux méga transactions ou aux dossiers les plus sexy de Montréal mais avez-vous vraiment besoin de ça ?

De toute façon vous n’avez pas le choix alors tentez votre chance tout en gérant vos attentes. Vous n'êtes pas dans une situation désespérée.

Je vous souhaite bon courage et un soupçon de chance….

La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.

Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.