Cette propriété d'une superficie totale de 703,000 pieds carrés avait auparavant accueilli le Séminaire de Philosophie et ce, jusqu'en 1970.

La propriété, dont l'annonce de la vente a été rendue publique le 13 mars dernier après une réflexion qui a débuté en 2005, a fait l'objet de 13 propositions.

Le choix s'est arrêté sur la proposition présentée par une entreprise propriété de messieurs Tony Miceli et Carlo Bizzotto, développeurs immobiliers à Montréal.

Jamais auparavant une mise en marché immobilière n'aura été préparée de façon aussi exemplaire et transparente. En effet, depuis 1999, les Prêtres ont, entre autres, participé à des sommets de réflexion sur le Mont-Royal; déposé un mémoire à la Commission des biens culturels sur le Mont-Royal; commandé des études à GVA Devencore et Cardinal Hardy sur le patrimoine immobilier de Saint-Sulpice mettant en perspective les besoins et les coûts reliés à ce patrimoine.

Un comité tripartite avec la ville de Montréal et le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec a été mis sur pied afin de bien connaître les lieux. Des études sur la faune, la flore, l'archéologie, les valeurs patrimoniales et paysagères ont été réalisées.

Les Prêtres ont également acquiescé aux demandes de la Ville de protéger les deux boisés qui bordent la propriété et ce, sans compter les rencontres avec Héritage Montréal, les Amis de la Montagne, Tradau, les usagers du 3880 et le regroupement des citoyens de Peter McGill pour leur expliquer la démarche et les orientations. Les Prêtres n'ont vraiment rien à se reprocher sur le plan éthique.

Lors de ce processus de vente, les Prêtres de Saint-Sulpice ont été conseillés par Me Jean-Pierre Morin du cabinet Dunton Rainville.