Question:

Je suis étudiante au cégep. Devrais-je m’inscrire immédiatement en droit après le DEC ou faire un autre baccalauréat avant? Ce qui me fait vraiment hésiter, c’est le fait que j'ai les notes pour entrer en droit, et que rien d'autre ne m'intéresse. Je ne vois donc pas l'intérêt de faire autre chose. Cependant, un candidat avec un autre bac est plus compétitif, non?

Réponse:

Chère lectrice

Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Vous semblez déterminée et votre plan de carrière m’apparait assez clair alors pourquoi attendre ? S’il est vrai que des candidats avec une formation universitaire dans un autre domaine peuvent être très intéressants pour certains employeurs, les candidats au profil linéaire et continu (j’entends par là les candidats qui seront passés du secondaire au cégep et à la faculté de droit dans le délai minimum requis) ne le sont pas moins pour autant.

Les futurs juristes qui arrivent au Barreau autour de l’âge de 21 ans présentent des avantages évidents, particulièrement pour les grands cabinets. Premièrement, ils apparaissent déterminés, motivés et plein de potentiel, ce qui cadre bien avec la mentalité de plusieurs grands cabinets. Ces derniers veulent avoir les candidats démontrant les meilleures prédispositions à pouvoir performer et s’adapter à leur équipe. À tort ou à raison, les candidats plus jeunes seront parfois perçus comme plus malléables et aptes à se démarquer dans un environnement compétitif. Après tout, ne l’ont-ils pas fait durant tout leur parcours académique ? Donc un « jeune » présentant un parcours sans interruption et un relevé académique témoignant autant de ses capacités intellectuelles que de sa motivation sera très bien positionné au moment où se lancera la course aux stages.

Est-ce le parcours qui doit être privilégié en toutes circonstances ? Non. Comme mentionné précédemment, un candidat ayant une formation universitaire supplémentaire aura possiblement une carte de plus dans son jeu. Je dis possiblement, car il faut que ladite formation puisse être pertinente dans le cadre de sa pratique comme juriste. À défaut de quoi elle n’aura comme seul avantage d’avoir permis au candidature d’acquérir une relative maturité.

Quelles sont les formations qui pourraient être utiles à un futur juriste ? Il y en a plusieurs, dont évidemment une formation en administration ou en finance pour quelqu’un qui viserait une pratique en droit des affaires, une formation en sciences (chimie, biologie, etc…) pour celui qui vise les brevets ou la propriété intellectuelle comme terrain de jeu, ou encore une formation en génie pour de multiples raisons.

Mais ce qui est important c’est de suivre vos champs d’intérêts et ne jamais faire une démarche académique dans le simple but d’obtenir le papier.

À mon avis, il est aussi préférable d’éviter les programmes dont le diplôme n’ouvre pas la porte à d’excellentes perspectives d’emplois et ce, sans avoir besoin d’aller faire votre droit. Pourquoi ? Parce que durant les trois années que vous passerez à étudier dans ce domaine, un millions de choses vont se passer. Peut-être que vous déciderez que le droit n’est finalement pas fait pour vous, auquel cas vous aurez un plan B. De plus, si vous poursuivez effectivement votre formation en droit, une formation supplémentaire qui n’offre pas de débouchés intéressants n’apportera généralement pas grand-chose à votre pouvoir d’attraction en tant que juriste.

Donc, en résumé, si vous êtes prête, que vous avez les notes et que rien d’autre ne vous intéresse, il n’y aucune raison de retarder votre entrée à la faculté de droit. Pour les autres, utilisez votre formation additionnelle afin de vous bâtir un profil spécifique qui vous démarquera des autres finissants en droit.

J’espère que ma réponse vous sera utile et je vous souhaite une excellente semaine.

La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.

Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.