Marie-Christine Brien
Marie-Christine Brien
Le cabinet Cain Lamarre vient tout juste de revoir l’entièreté de sa plate-forme visuelle. Ainsi, un nouveau site Web a été créé le 26 mai, en plus de la modernisation en conséquence de tout le matériel publicitaire et informatif.

Selon Marie-Christine Brien, directrice des communications du cabinet, le but est de faire valoir un message de proximité, d’accessibilité des avocats. Le site est réduit à sa plus simple expression, les avocats sont clairement présentés en accueil, et bien sûr, le tout est « responsive ». Les pages ne sont pas sursaturées de texte, mais il est possible de faire défiler un texte plus long en cliquant sur « lire la suite ».

En effet, c’est devenu incontournable : en 2017, pour n’importe quel bureau d’avocats, il est grand temps d’avoir un site Internet qui fonctionne. Mais comment maximiser les capacités d’un tel site? Le site Orson nous éclaire à ce sujet...


1. Aller à l’essentiel

Les visiteurs ne restent souvent que très peu de temps sur les sites Internet…il est donc de mise de s’en tenir au plus important! Faire des phrases courtes, faire ressortir les mots importants et mettre des puces sont donc de bons trucs pour rentabiliser le temps d’un visiteur potentiel. Dans la même veine, il sera important de choisir ses mots, afin de référencer adéquatement son site.


2. Répondre aux interrogations

Les gens cherchent un avocat avec un problème bien précis en tête. Il faut donc – sans évidemment donner directement des conseils juridiques – pouvoir répondre à ces questions rapidement. Où trouver un avocat? Dans quel domaine suis-je spécialisé? Combien coûte une consultation? La réponse à ce genre de questions doit se trouver sur un site.


3. Donner des détails sur le cabinet

Une fois les premiers questionnements et les étapes passées, il faut que le visiteur puisse savoir à qui il a affaire... et contacter le responsable. Les pages de profil des avocats, « Contact » ainsi que « Qui sommes-nous? » devront donc être travaillées avec soin. Le descriptif des avocats et de leur expérience sera évidemment importante; une photo sera indispensable. Par ailleurs, ajouter un lien vers la page LinkedIn peut aussi être une bonne idée.


4. Donner des détails sur le coût

C’est généralement la première question des clients : combien ça coûte? Même si c’est souvent difficile à dire de manière aussi générale, faire comprendre les modes de tarification est bénéfique pour le client. Il sait ainsi à quoi s’attendre. Est-ce un tarif horaire? Sinon, est-ce un tarif forfaitaire? L’avocat prendra-t-il un pourcentage? Etc.


5. Trouver un bon nom de domaine

Il est important de ne pas négliger cet aspect. Le nom de domaine doit être facile à retenir – pour un client qui veut refaire appel aux services du bureau, par exemple. Il faudra aussi le réserver pour plusieurs années afin d’éviter que quelqu’un d’autre ne le prenne. De plus, si le nom du cabinet est composé de ceux de quatre associés, un acronyme sera peut-être nécessaire…


6. Faire un site « responsive » !

De nos jours, la plupart des recherches provient d’un téléphone intelligent ou d’une tablette. Faire un site uniquement adapté aux écrans d’ordinateur, c’est donc se tirer dans le pied. La plupart des modèles de site qui existent aujourd’hui sont « responsive » (c’est-à-dire qu’ils s’adaptent à l’écran du visiteur). Sinon, une version mobile sera sûrement nécessaire!


7. Inclure des images

Un « mur de texte » n’est jamais attrayant... ça peut sembler évident, mais il est capital d’égayer le site avec des photos! Mettre des images, surtout si elles ont du sens, donnera envie aux visiteurs d’en savoir plus. Attention cependant : la plupart sont soumises à des droits d’auteur et ne peut les utiliser qui veut. Il existe cependant des bases de données avec des images gratuites ou encore achetables à faible prix.


8. Mettre des liens sur d’autres sites

Enfin, pour étendre son réseau, l’idéal est de créer des liens URL qui mènent vers le site sur d’autres plates-formes. On pense évidemment aux réseaux sociaux, mais aussi aux sites de partenaires ou de regroupements d’avocats... et bien sûr, l’annuaire en ligne!


Et vous, qu’en pensez-vous?