Richard J. Edmundson, dirigeant mondial de PwC
Richard J. Edmundson, dirigeant mondial de PwC
En effet, c’est un compétiteur de taille pour les bureaux d’avocats qui vient de se lancer. La firme comptable multinationale PwC (qu’on appelait jusqu’à récemment PricewaterhouseCoopers ) ouvre un bureau d’avocats à Washington dès cette semaine, selon le NY Times. Cette nouvelle entité s’appellera ILC Legal.

C’est le premier bureau comptable de cette envergure qui ouvre un cabinet d’avocats.

Ses mandats concerneront surtout des affaires de restructuration corporative. Les avocats y agiront davantage à titre de conseillers spéciaux en matière internationale qu’en droit interne, car ils ne seront pas forcément membres d’un Barreau américain.

Cet élément est assez particulier, mais légal : si la plupart des juridictions américaines interdisent que des personnes non membres du Barreau dirigent un cabinet d’avocats, ce n’est pas le cas de Washington, qui fait figure d’exception.

Le but avoué est de rivaliser avec les grands cabinets américains, avec cet avantage d’offrir non seulement des services juridiques, mais aussi les services fiscaux et comptables de PwC, dont les 3 200 avocats sont répartis dans 90 pays.

Ainsi, l’idée est que les services juridiques ne soient qu’un élément parmi d’autres, explique Richard J. Edmundson, dirigeant mondial de PwC en matière de réorganisations commerciales. Basé à Londres, M. Edmundson explique que le service juridique sera composé de cinq avocats à l’international, soient un Espagnol, un Canadien, un Polonais, un Allemand et lui-même. Ce n’est cependant qu’un début pour l’avocat, qui compte bien rallier d’autres collègues au fil des années.

PwC fait partie de ce qu’on appelle le « Big Four » de la comptabilité, avec KPMG, Deloitte et EY (anciennement Ernst & Young).