La directrice principale de Robert Half Legal, Jamy Sullivan
La directrice principale de Robert Half Legal, Jamy Sullivan
Selon un récent sondage réalisé par le recruteur Robert Half Legal, le tiers des avocats canadiens interrogés citent la réduction du stress comme priorité pour augmenter leur satisfaction professionnelle.

Dans un coup de sonde auprès de 150 avocats canadiens, les spécialistes de la dotation juridique voient dans la gestion du stress en milieu de travail l'un des outils de rétention les plus efficaces.

Le sondage, qui n'a aucune prétention scientifique, relève l'importance de prendre du temps pour soi afin de réduire le stress professionnel. « Plus de la moitié des avocats disent que l'activité physique est la meilleure façon de réduire le stress », écrit Robert Half Legal dans le communiqué annonçant les résultats du sondage.

Prendre une pause arrive bon deuxième, avec 21 % des intéressés disant y trouver un facteur de réduction du stress.

Ce sondage a été réalisé dans la foulée de l'étude Bonheur au travail, de Robert Half Legal, où le recruteur explore les facteurs de satisfaction professionnelle.

Lorsqu'on leur demande le changement qu'ils prioriseraient dans leur leur carrière, le tiers des répondants dit vouloir réduire le stress. Quant aux perspectives d'avancement, c'est un changement prioritaire pour 23 % des avocats, tandis que 18 % citent plutôt une augmentation du temps personnel ou la diminution des heures de travail.

« Le stress omniprésent et les longues heures peut mener au départ d'employés et à une baisse de productivité », selon la directrice principale de Robert Half Legal, Jamy Sullivan. Pour la rétention des talents et répondre aux doléances des avocats surmenés, les employeurs du milieu juridique offrent des horaires flexibles, des journées de congé additionnelles et le télétravail, observe-t-il.

Des abonnements au gym, des services de garderie et des repas font partie des avantages sociaux de certaines firmes souhaitant réduire les facteurs de stress de leurs avocats.

Dans l'étude portant sur le bonheur en milieu de travail, on relate que la profession juridique est celle où la reconnaissance est le plus important facteur dans la satisfaction professionnelle.

La fierté tirée de l'organisation et du travail, ainsi que d'être bien traité sont les seconds piliers de la satisfaction professionnelle chez les avocats.

Parmi les huit professions sous étude, le milieu juridique est celui comptant le plus grand nombre de praticiens surmenés.