Me Eric Stevenson revient vers ses premières amours et intègre le groupe du Droit des affaires de Lavery
Me Eric Stevenson revient vers ses premières amours et intègre le groupe du Droit des affaires de Lavery
Depuis 11 ans qu'il était à l'Autorité des marchés financiers (AMF), Me Eric Stevenson revient vers ses premières amours et intègre le groupe du Droit des affaires de Lavery, à Québec.

« C'est un cabinet que je connaissais bien. J'avais eu beaucoup de plaisir à travailler au sein du groupe de valeurs mobilières, que j'avais quitté pour des raisons familiales », explique celui qui était jusqu'à tout récemment surintendant à l'encadrement de la distribution à l'AMF.

Le policier en chef de l'assurance et et des fonds communs de placement, au Québec, c'était lui.

Il s'était joint au bureau montréalais de Lavery en 2001, après un stage à la Cour d'appel.

La paternité le ramenait ensuite vers Québec, où il devenait conseiller juridique de Desjardins Sécurité financière, le manufacturier et distributeur d'assurance de personne de la coopérative financière, jusqu'en 2006.

C'est ensuite qu'il rejoint les rangs de l'AMF, d'abord comme chef de service à la réglementation, puis comme patron de l'autoréglementation et de l'encadrement de la distribution. Revenir à la pratique privée, comme associé, lui permettra de rester en contact avec le secteur qu'il côtoie depuis 15 ans.

Me Stevenson a démissionné de ses fonctions à l'AMF en novembre, ayant choisi de ne pas renouveler son mandat afin de réorienter sa carrière. « J'ai un bon bagage en assurance et en épargne collective, donc j'imagine que je pourrai contribuer à la société », explique le Barreau 1999, ajoutant qu'il était important pour lui de rester en contact avec le secteur qu'il a réglementé ces dernières années.

Son arrivée au bureau de Québec n'est pas fortuite : « Je suis un gars de Québec, mais c'est aussi là que sont les assureurs, et le gouvernement. » Bref, il est près de ceux qui réglementent le secteur financier, et de ceux qui doivent appliquer la réglementation.
Lavery, déjà fort impliqué dans le secteur des valeurs mobilières et de l'assurance, ajoute ainsi une corde à son arc.

Éric Stevenson ne cache pas qu'il bénéficiera lui aussi de son arrivée chez Lavery. « Le cabinet a une solide base de clients, et comme je n’ai pas de book d'affaires, ça va aidé ma transition », explique le nouvel associé issu de la promotion 1998 de la fac de droit de l'UdeM.

Concurremment à son barreau et à son droit, il a d'ailleurs complété un diplôme de premier cycle en philosophie à l'Université Laval.

Une formation qui se veut davantage « une façon d'être et de réfléchir dans ma vie professionnelle. On peut prendre du recul. Je lis encore d'ailleurs des ouvrages philosophiques », dit-il, avouant au passage une préférence durable pour les Dialogues de Platon et pour le Discours de la Méthode, de Descartes.