Des avocats à la rencontre des citoyens dans le métro
Des avocats à la rencontre des citoyens dans le métro
Pour la quatrième année, Juripop a décidé d’aller à la rencontre du public pour apporter aux citoyens des conseils juridiques gratuits et tenter de démystifier la profession d’avocat.

Ainsi, tous les lundis, depuis le 29 janvier et jusqu’au 26 février, de 12h00 à 18h00, cinq à six avocats se rendent dans les couloirs de la station de métro Berri-Uqam pour rencontrer les badauds.

Le grand kiosque est installé à l’entrée, dans le grand hall qui jouxte l’UQAM et les intéressés sont dirigés vers le juriste le plus à même à répondre à leurs questions, dans un cubicule. Ils disposent de 15 minutes.

Me Sophie Gagnon, directrice générale de Juripop, explique l'intérêt de cette rencontre
Me Sophie Gagnon, directrice générale de Juripop, explique l'intérêt de cette rencontre
« Cette activité s’inscrit dans le cadre du mois de la justice. L’objectif est d’offrir de l’information juridique aux gens dans leur milieu de vie », explique Me Sophie Gagnon, directrice générale de Juripop.

Les participants sont des avocats qui viennent de plusieurs organismes comme le Centre de justice de proximité, Éducaloi, la Commission des services juridiques et même, des avocats à leur compte et des notaires.

Des préoccupations juridiques diverses

Me Benjamin Prudhomme participait à l’événement pour la première fois
Me Benjamin Prudhomme participait à l’événement pour la première fois
Me Benjamin Prudhomme participait à l’événement pour la première fois. L’avocat de RSS, spécialisé en droit de la famille et droit de la personne, en a profité pour rencontrer presque une dizaine de personnes qui avaient essentiellement des questions sur les pensions alimentaires et les gardes d’enfants.

« Les questions étaient vraiment très variées. J’ai rencontré un monsieur qui n’habite même pas à Montréal et qui avait fait le déplacement spécialement pour cet événement. Il s’inquiétait de savoir qu’on lui avait mis une contravention, car il avait oublié de renouveler son permis de chasse alors qu’il poursuit des études pour devenir travailleur social », raconte Caroline Braun, avocate en droit criminel.

Me Gagnon a de son côté rencontré un Kenyan qui se posait plein de questions concernant le droit au logement.

Marie-Josée Rioux, avocate à son compte en litige civile et commercial et en droit de la famille
Marie-Josée Rioux, avocate à son compte en litige civile et commercial et en droit de la famille
« Les problèmes de logement sont récurrentes. J’ai aussi rencontré des personnes âgées qui se sentent flouées par un membre de leur famille », ajoute Marie-Josée Rioux, avocate à son compte en litige civile et commercial et en droit de la famille.

Me Roman Andrei, l’un des cinq notaires participants, s’est surtout vu poser des questions sur les testaments.

Pour Me Gagnon, l’idée de se faire voir dans le métro est un bon moyen d’avoir accès à tous ceux qui n’ont pas forcément internet comme les personnes âgées et les nouveaux arrivants.

« J’ai l’impression qu’être dans le métro, ça rassure les gens, ils se sentent en sécurité », explique Me Rioux.

Essentiel que les avocats s’impliquent

Me Roman Andrei, l’un des cinq notaires participants
Me Roman Andrei, l’un des cinq notaires participants
Très impliquée dans la communauté, Marie-Josée Rioux offre une centaine d’heures de services en pro-bono par an. « Je suis vraiment consciente à quel point l’accessibilité à la justice importante. C’est essentiel que les avocats s’impliquent là-dedans. Depuis, j’ai changé ma façon de facturer », dit-elle.

Le notaire Roman Andrei, qui y était pour la troisième année consécutive, trouve que c’est un bon moyen de « faire comprendre aux gens que le notaire est là pour les épauler. Cela brise un peu la glace et permet de gommer l’image qu’ils ont du notaire comme de quelqu’un qui ne pense qu’à l’argent ».

Vulgariser et démystifier

Juripop a décidé d’aller à la rencontre du public pour apporter aux citoyens des conseils juridiques
Juripop a décidé d’aller à la rencontre du public pour apporter aux citoyens des conseils juridiques
« Je crois beaucoup à l’accessibilité à la justice et dans mon quotidien, j’essaye toujours de vulgariser les grands principes de droit. Je tente aussi de démystifier le travail des avocats de la défense », explique de son côté Caroline Braun.

L’expérience côté juriste a en tout cas été un succès. « C’est une initiative très positive et la prochaine étape, c’est de la faire connaître davantage, car il y a plusieurs personnes qui arrivent par hasard », estime Me Braun.

De son côté, Me Prudhomme, qui assure avoir eu d’excellents retours de la part des citoyens, a trouvé que c’est une belle expérience. « Je trouve que le concept d’aller à la rencontre des gens envoie un message très positif. En plus, cela m’a permis de sortir un peu de ma pratique. L’initiative est bien rodée, même si je trouve que 15 minutes, c’est un peu court », rapporte l’avocat.

L’initiative sera reconduite l’année prochaine.