La joueuse de tennis Eugenie Bouchard
La joueuse de tennis Eugenie Bouchard
La phase d'attribution des dommages-intérêts du procès venait de commencer. La veille, l'Association américaine de tennis avait été trouvée coupable de négligence à l'endroit de la joueuse Eugenie Bouchard durant les Internationaux des États-Unis en 2015.

Mais la USTA a contesté le fait que Bouchard ait véritablement subi une commotion cérébrale, malgré que les organisateurs du tournoi du grand chelem aient indiqué à l'époque que la cause de son retrait de la compétition était justement due à une commotion cérébrale. L'avocat de la Québécoise, Me Benedict Morelli, s’attend à un montant dans les sept chiffres.

La USTA avait indiqué qu'elle allait tenter d'utiliser la présence de Bouchard sur les réseaux sociaux pour montrer qu'elle n'est pas aussi angoissée qu'elle le laissait entendre. Ceci servira également à prouver que son image et sa marque sont encore prospères.

Jeudi, le jury avait établi la part de responsabilité de la USTA dans cette affaire à 75 % et celle de Bouchard à 25 %. C’est donc dire que l'association ne devra verser que les trois quarts du dédommagement qui doit revenir à la joueuse.

La Montréalaise avait déposé une plainte civile contre la USTA il y a près de trois ans. Elle s’était blessée à la tête après avoir glissé sur un plancher en céramique dans un vestiaire, en septembre 2015, aux Internationaux des États-Unis.

La chute et la blessure ont nui à sa carrière, selon les avocats de la joueuse de Westmount. Au moment de l’accident, elle était classée 25e raquette mondiale. Elle est maintenant 116e.